Défi sport et autohypnose : le Bilan !

Je fais le bilan de mon défi sport et autohypnose. J’en profite pour vous donner des nouvelles d’Hypnose et Neurosciences et vous parler de son avenir.

Défi sport et autohypnose : le Bilan !

Bienvenue sur Hypnose et Neurosciences !
Vous voudrez sans doute lire mon livre Apprendre l’Hypnose par la Pratique :
cliquez ici pour télécharger le livre gratuitement ! 🙂

L’heure du bilan

Salut à toutes et tous !

Il y a un peu plus d’un mois, je publiais le premier article d’Hypnose et Neurosciences !

Dans cet article je vous parlais d’un défi que je me lançais : expérimenter l’utilisation de l’autohypnose pour améliorer mes performances sportives.

Aujourd’hui c’est doublement l’heure du bilan : Le temps que je m’étais donné pour ce défi est écoulé (et même dépassé) et le premier mois du blog est à fêter.

Retour sur mon défi Sport et Autohypnose

Rappel du défi

Le défi que je m’étais lancé avait pour objectif, sur 3 semaines, d’améliorer mes performances sportives grâce à l’hypnose.

Pour avoir tous les détails vous pouvez revoir l’article d’origine : mon défi sport et auto-hypnose.

Le sport en question était du Crossfit. J’ai alterné deux entraînements de courte durée mais à haute intensité :

  • Training 1 : un MetCon d’une durée approximative de 30 minutes avec des burpees, squats, situps, pompes …
  • Training 2 : un « 21-15-9 » d’environ 10 minutes avec pompes, burpees et tractions.

La durée du défi

Je m’étais fixé une durée de 3 semaines, mais en réalité, ne pouvant pas faire de séance tous les jours, j’ai revu ce délai à la hausse pour avoir le temps de faire un nombre de séance significatif.

Les 2 premières séances pour référence

Les 2 premières séances sans autohypnose m’ont permis de prendre les temps de référence. Sur ces deux séances les temps étaient à quelques secondes près identiques.

Temps de référence avant l’expérience :

  • training 1 : 37’07
  • training 2 : 9’37

Mes ressentis

J’ai profité de la seconde séance pour porter attention sur mes ressentis.

C’est d’ailleurs probablement ce qui a fait très légèrement augmenter mes temps sur cette seconde séance.

Pour le training 1 j’ai noté :

  • je ne me mets pas la pression et donc je ne suis pas soumis à une peur liée aux performances, comme ça pourrait être le cas dans des compétitions.
  • Je ressens une gêne du fait d’être enfermé à l’intérieur. J’aurai envie de grand air. Cette impression rejoint mon besoin de mieux respirer.
  • Je commence à me sentir plus à l’aise côté cardio au bout de 10-15 minutes.
  • Je pense beaucoup trop et suis très peu dans l’instant présent, dans l’effort.

Pour le training 2, plus en force et 3 fois plus court en durée, noter les ressentis a été plus difficile.

J’avais l’impression d’atteindre plus rapidement des limites physiques plutôt que mentales. L’impression que le corps refuse simplement de piloter les muscles.

Première expérimentation avec l’autohypnose

Ce que j’ai mis en place

La première expérimentation j’ai décidé de la baser sur les impressions que j’avais noté.

J’ai donc mis en place un travail en 2 phases.

Première phase, avant ma séance, durant l’échauffement.

J’ai ajouté l’autohypnose avec une induction et une visualisation d’un parcours aventure. Mon objectif étant de pré-stimuler mon système nerveux et cardiaque et ainsi réduire ou supprimer cette première partie de 10-15 minutes ou j’étais en difficulté.

Seconde phase, pendant la séance.

L’idée était de rester en état d’hypnose pendant cette phase.

J’ai alterné deux temps tout au long de l’effort.

Un temps associé, pour me reconnecter à mon souffle en visualisant des montagnes, le grand air frais.

Un temps dissocié, me permettant de me couper de la fatigue du corps et de m’encourager moi-même (je me visualisais à côté de moi entrain de m’encourager).

Associé ou dissocié, qu’est-ce que ça veut dire ?
Concentrez-vous sur un souvenir et revoyez ce souvenir :
-> Si vous revivez ce souvenir en étant associé vous aller le voir à travers vos propres yeux, dans votre corps.
-> Si vous revoyez ce souvenir en étant dissocié vous allez vous voir dans le souvenir, de l’extérieur.

Le résultat

J’ai immédiatement obtenu des résultats intéressants pour le training 1, avec un temps de 32’44, soit un peu plus de 4 minutes de moins que le temps de référence (environ 11%).

L’échauffement en visualisant un parcours aventure n’a pas été vraiment concluant. En tout cas ça n’a pas changé les premières minutes de galère.

Pour l’alternance association/dissociation pendant la phase d’effort, ça fonctionnait bien.

Dès que je passais en dissociation, immédiatement je ne ressentais presque plus la fatigue. Mon souffle se calmait aussi tôt c’était impressionnant.

Lorsque je m’associais à nouveau, je retrouvais mes sensations mais aussi la puissance qui va avec.

Avant cette expérience je n’avais jamais prêté attention avec cette sensation grisante de mobiliser son énergie.

Visualiser les montagnes me permettait de respirer plus amplement et d’augmenter encore cette énergie.

Malgré tout, ça ne m’a pas totalement convaincu.

J’ai eu l’impression de mettre des pansements sur des problèmes. Ce n’était pas assez naturel. Et surtout, devoir moi-même switcher entre association et dissociation me demandait du contrôle et m’empêchait de profiter de la séance et d’un état d’hypnose assez profond.

Pour le training 2 ça n’a rien donné de concluant, ni sur le temps ni vraiment sur les sensations : je pense que l’exercice est trop court et trop en force pour que j’arrive, seul, à travailler correctement en autohypnose.

Seconde expérimentation

Les séances suivantes j’ai décidé d’essayer une autre approche.

Je vais être honnête, cette nouvelle approche est beaucoup plus proche de ma manière d’utiliser l’hypnose en séances. Peut-être que ma confiance en cette approche a participé au fait qu’elle soit plus efficace pour moi.

J’ai donc enlevé toute stratégie consciente et j’ai commencé les séances par une induction et pour seul objectif de faire confiance à mon corps et mon inconscient.

Ne pas garder de contrôle m’a permis, dès l’échauffement, de plonger plus facilement et profondément.

J’ai laissé mon inconscient me guider l’échauffement à travers des mouvements oscillants entre automatiques et intuitifs. Ça ressemblait beaucoup à une sorte de qi gong de l’extérieur.

J’ai vraiment ressenti la température de mes articulations et de tout mon corps s’élever. Pourtant je faisais des mouvements beaucoup plus doux et lents que d’habitude.

Sur la fin de l’échauffement j’ai ressenti une pression au niveau du cœur qui m’a poussé à me focaliser dessus. J’ai vu ça comme une instruction pour la séance.

Pendant toute la séance je me suis alors concentré sur une seule chose : rester focalisé, concentré sur mon cœur.

Ce qui est certain c’est que la simplicité de la tâche m’a permis de garder un état d’hypnose correct. Dès que je me dissipais un peu, je revenais simplement à mon cœur.

Je n’ai pas eu l’impression d’être autant à l’abri des sensations de fatigue que lorsque j’étais dissocié. Par contre je ne ressentais pas les douleurs musculaires. Comme si j’étais connecté au « moteur » mais que le reste de la machine fonctionnait sans moi. Je n’avais qu’à me concentrer et alimenter mon corps en énergie.

Dès que j’étais focalisé sur mon cœur, ma respiration devenait totalement inaudible, seul mon cœur frappait et rythmait mes mouvements.

Le résultat m’a vraiment surpris : 26’05 ! ça fait 11 minutes de moins !

J’ai fini les séances comme je les avais commencées, en laissant mon corps se charger des étirements et du réveil.

Ces séances ont été vraiment agréables. Je n’avais pas l’impression d’utiliser mon corps dans la souffrance. Au contraire j’avais le sentiment de collaborer avec mon corps. Nous étions 2 dans l’effort et nous nous aidions mutuellement.

En revanche pour le Training 2, ça n’a toujours rien donné.

Analyse et conclusion

On sait que le mental joue beaucoup sur des efforts de très longue durée. L’hypnose est utilisée pour améliorer la concentration, la motivation et la gestion de la douleur sur la durée.

Dans le cas de ce défi je suis plutôt sur des efforts de courte durée. La dimension « mentale » n’est forcément pas la même.

D’ailleurs cela se remarque bien dans la différence entre les deux entraînements.

Les deux entraînements étaient différents. Le « training 1 » était le plus long à réaliser, environ 30 minutes, alors que le « training 2 » ne mettait que 10 minutes.

Et bien autant j’ai réussi à réduire mes temps sur le premier entraînement, autant je n’ai jamais réussi à influer sur le temps du second.

Ensuite gérer une autohypnose en plus de conditions stressantes telles que l’effort n’est pas toujours simple et aurait demandé un entraînement plus long.

J’ai remarqué que les conditions extérieures ou mes émotions jouaient beaucoup sur ma capacité à gérer mon état d’hypnose.

Dans la seconde expérimentation, celle où j’arrivais le plus à augmenter mes performances, j’ai eu une séance ou je n’étais pas dans les meilleures conditions et ça s’est ressenti avec 3 minutes de plus au chrono.

En résumé vu les progrès sur à peine quelques jours d’utilisation, je suis convaincu du bénéfice de l’autohypnose dans le cadre du sport.

En revanche je pense que c’est beaucoup plus adapté à des efforts longs, où la dimension mentale est d’autant plus importante.

Pour les efforts court, plus en force, je pense que les résultats seraient très intéressants en étant accompagné par un hypnotiseur.

Je compte prochainement expérimenter ça auprès de clients d’un coach sportif et nutrition !

Hypnose et Neurosciences a 1 mois !

Un mois !

Ha ! Ça aussi c’est un défi pour moi. Et un gros !

Même si le premier article a été publié il y a un mois (37 jours pour être précis), le projet est plus ancien que ça. Il a occupé mes pensées plusieurs mois, avant de savoir exactement ce que je voulais vous proposer.

Ceux qui ont pris le temps de lire ma présentation le savent déjà, j’ai toujours aimé écrire et plus largement communiquer et transmettre. Vous remarquerez que l’hypnose s’intègre bien dans ce cadre-là 🙂

J’espère qu’Hypnose et Neurosciences vous plaît et je suis très heureux de vous voir chaque jour plus nombreux à le visiter ou le partager sur les réseaux sociaux.

Un projet passion

H&N c’est vraiment un projet passion pour moi.

Je travaille, sur mon temps libre, pour essayer de vous offrir du contenu de qualité chaque semaine.

Comme j’ai déjà un emploi du temps bien chargé avec mon travail et mon rôle de papa, je ne peux pas sortir plus d’un article par semaine. Pourtant je crois que je pourrais arrêter de dormir juste pour le plaisir d’écrire des articles ! Mais il faut être raisonnable et plutôt assurer sur la longueur.

Pour ce premier mois, faire entrer cette nouvelle activité dans mon emploi du temps a été à la fois extrêmement enthousiasmant et un vrai chamboulement.

Écrire m’apporte beaucoup, me permet d’aller encore plus en profondeur dans mes réflexions. En revanche je mets beaucoup de temps à écrire. Pour l’instant je ne trouve plus assez de temps pour lire et apprendre de nouvelles choses comme j’avais l’habitude de le faire chaque jour.

L’occasion d’acquérir de nouvelles compétences

Tout ça me pousse donc à mieux m’organiser et optimiser certaines activités.

C’est aussi passionnant de travailler ces nouvelles compétences de lecture rapide, organisation, prise de notes et gestion de connaissances, …

En fait, moi qui me passionne pour les pouvoirs de l’esprit, je me trouve à travailler sur ses limites, soit pour les repousser, les optimiser, soit pour trouver des aides externes pour palier ses faiblesses.

Comme toujours j’attends d’avoir quelque chose de solide théoriquement et que j’ai moi-même validé par la pratique. Promis dès que je suis au point je partagerais plein d’astuces et techniques avec vous.

Un cadeau arrive !

Vous l’avez compris je suis bien occupé, et pour être sûr de ne pas risquer de m’ennuyer j’ai décidé d’en rajouter !

Depuis quelques jours j’ai mis les bouchées doubles et un de mes rêves est en passe de devenir réalité : je suis en train d’écrire un livre sur la pratique de l’hypnose.

Ce livre je compte vous l’offrir en version numérique dès qu’il sera terminé.

D’ailleurs, vu que l’écriture est encore en cours, n’hésitez pas à me dire en commentaire ce que vous souhaitez y trouver et je ferais mon possible pour y intégrer votre demande.

Mon objectif avec ce livre est de vous permettre, à tous, de comprendre les bases et surtout de pratiquer l’hypnose.

Je veux faire de ce livre un socle pour pouvoir ensuite développer avec vous des notions plus complexes.

Et vous savez quoi ? Je me régale à l’idée de sortir mon premier livre, même si bien sûr il ne fera pas 200 pages. Il faut un début à tout !

Un avenir radieux et de nouveaux formats

Ce qui me motive lorsque je commence à fatiguer c’est penser à l’avenir d’Hypnose et Neurosciences !

J’ai tellement de choses à dire, à faire !

J’ai commencé à réunir mon réseau. Je rentre en contact avec de nouvelles personnes.

En plus des articles, j’ai des interviews de personnes inspirantes qui arrivent.

Je vais essayer d’être aussi un peu plus présent sur les réseaux sociaux, entre deux articles. Je ne sais pas encore quel support serait le plus adéquat. Là aussi n’hésitez pas à me dire ce que vous préférez.

Et d’ici quelques semaines, dès que j’arriverais à mieux gérer le rythme, je vais aussi enfin commencer à réaliser des vidéos !

Je me suis réellement pris de passion pour ce format est je suis impatient de pouvoir partager ça avec vous.

La chaîne Youtube qui arrive ne s’appellera pas Hypnose et Neurosciences mais « Esprit Incroyable ».

Je souhaite lui donner plus une dimension découverte et émerveillement. Je trouve que la vidéo, plus spontanée s’y prête bien. Et je garde les articles pour le contenu plus sérieux qui va avec.

Bref, l’avenir de H&N s’annonce radieux et excitant !

Merci à tous !

Merci encore à tous ceux qui me suivent.

Je suis très heureux de m’être un peu plus dévoilé et vous avoir livré tout ça ! Ça me donne une énergie folle de vous l’écrire.

Vous l’avez compris, Hypnose et Neuroscience c’est pour moi une passion mais aussi une volonté de vous apporter un contenu qui vous passionne, vous nourrisse et vous soit utile.

J’ai vraiment à cœur de pouvoir aider ceux qui veulent faire appelle à l’hypnose pour aller mieux et encore plus d’accompagner ceux qui souhaitent faire de l’hypnose une nouvelle passion ou un métier !

Alors surtout n’hésitez pas une seconde à m’écrire pour me parler de ce que vous aimez, ce que vous voudriez changer ou ajouter à H&N.

De mon côté je vous dis à la semaine prochaine, avec la reprise des articles de fond. J’ai dans les tuyaux des articles sur l’hypnose et la sophrologie, la gestion des émotions (ma grande spécialité), etc…

Si vous avez aimé ça, vous pouvez le partager :-)

Laisser un commentaire