Comment faire de l’autohypnose ? La méthode simple !

Apprenez comment faire de l’autohypnose ! Je vous explique comment fonctionne l’autohypnose et je vous donne ma méthode pour entrer rapidement et facilement en hypnose !

Comment faire de l'autohypnose

Bienvenue sur Hypnose et Neurosciences !
Vous voudrez sans doute lire mon livre Apprendre l’Hypnose par la Pratique :
cliquez ici pour télécharger le livre gratuitement ! 🙂

Comment faire de l’autohypnose

Faire de l’autohypnose ça fait du bien, c’est presque magique.

On vous l’a dit, vous le lisez régulièrement, on en parle à la TV….

Oui mais vous vous demandez bien comment faire de l’autohypnose !?

Rassurez-vous, c’est normal, mais dans quelques minutes vous saurez que c’est très simple !

Dans cet article je vous propose d’apprendre qu’est-ce que l’autohypnose, comment faire, quoi en faire….

Et surtout je vais vous donner ma méthode préférée pour entrer très facilement en hypnose en une minute.

C’est quoi l’autohypnose ?

L’autohypnose, ou auto-hypnose, c’est tout simplement vivre une séance d’hypnose sans être accompagné.

Comprenez bien que l’état d’hypnose vécu reste exactement le même.

Il y a, pour faire simple, 3 manières de vivre un état d’hypnose :

  • Dans la journée, vous entrez plusieurs fois dans des états d’hypnoses légers et spontanés. Cela peut par exemple se produire en lisant un bon livre, devant un film, en conduisant votre voiture, etc.… On appelle ces états des « transes naturelles quotidiennes » (Milton H. Erickson).
  • Lorsqu’un hypnotiseur ou un praticien en hypnose d’accompagnement vous hypnotise. Dans ce cas l’état d’hypnose est provoqué et contrôlé. On parle généralement d’une séance d’hypnose parce qu’il y a une structure avec un début, un milieu et une fin. L’hypnotiseur vous guide, mais c’est bien vous qui créez et vivez cet état d’hypnose.
  • Lorsque vous pratiquez de l’autohypnose. Dans ce cas-là c’est exactement comme une séance avec un hypnotiseur, sauf que vous vous guidez vous-même.

Peut importe la manière, l’état d’hypnose est toujours le même.

Seuls certains paramètres changent : Est-il volontairement provoqué ou non ? Qui le guide ? …

C’est une bonne nouvelle puisque ça veut dire que : votre corps sait déjà entrer en hypnose, et vous avez déjà vécu un grand nombre d’états d’hypnose !

Donc votre travail n’est plus d’apprendre quelque chose d’inconnu, comme la première fois que vous avez fait du vélo.

Votre seul travail est d’apprendre à mieux connaître et contrôler une de vos capacités naturelles : entrer en état d’hypnose.

Vous pouvez, par exemple, faire le parallèle avec la concentration.

Le fait d’être concentré est un état naturel que vous connaissez bien. En comprenant mieux ce mécanisme et avec un peu d’entraînement, vous avez la possibilité de mieux maîtriser votre concentration.

Comprendre l’état d’hypnose

cerveau, état modifié de conscience, neurosciences

Je trouve plus facile d’expliquer l’état d’hypnose par ce que ce n’est pas : un état de conscience ordinaire.

Votre état de conscience ordinaire est celui dans lequel vous passez le plus de temps lorsque vous êtes éveillés.

C’est notre état « productif », celui dans lequel on a des interactions sociales, celui dans lequel on travaille, on pense, on analyse…

C’est un état de fonctionnement dans lequel on fait beaucoup de choses de manière automatique. Dans cet état-là on n’utilise qu’une toute petite partie des informations que nous recevons (vue, ouïe, …) : celles qui sont utiles à la tâche en cours.

On peut dire que vous êtes dans ce cas comme un ordinateur qui fait son travail : vous exécutez vos programmes.

Et bien comme cet ordinateur, il a en nous un mode de fonctionnement permettant d’écrire ou modifier ces programmes : c’est l’état d’hypnose.

Dans cet état-là vous avez accès à toutes les informations.

L’état d’hypnose permet de prendre conscience des programmes en vous.

Sur votre ordinateur cela se traduirait par le fait de pouvoir lires les lignes de code informatique de vos programmes.

Par exemple lorsque je clique sur le bouton « nouveau » du programme de mon ordinateur, il m’ouvre une nouvelle page blanche sur laquelle je peux écrire.

Peut-être aurais-je préféré que cette page soit rose, mais elle est blanche, c’est comme ça.

Si je rentre en mode « programmeur », je vais pouvoir lire le code informatique de mon programme et me rendre compte qu’il est écrit quelque chose qui ressemble à « si clique sur nouveau, alors ouvrir nouvelle page blanche ».

L’état d’hypnose c’est pareil, c’est le mode « programmeur » de notre cerveau.

Et biensûr, comme sur notre ordinateur, cet « état de conscience modifié », comme on décrit scientifiquement l’hypnose, permet aussi de modifier le programme.

Dans mon cas je pourrais décider de changer la ligne de code par « si clique sur nouveau, alors ouvrir nouvelle page rose ».

A quoi ça peut ressembler dans notre esprit ?

On peut par exemple comprendre, en état d’hypnose, qu’il y a un programme en nous qui dit « si je m’attache à quelqu’un, fuir ». Et cette ligne a peut-être été ajoutée dans notre programme « éviter de souffrir » le jour où on a vécu une séparation difficile.

Ce ne sont que des exemples et des métaphores, mais je trouve que ça permet de bien représenter l’état d’hypnose et l’étendue des possibilités qu’il offre.

Autohypnose ou hypnothérapeute ?

un hypnothérapeute et son client

Avant de parler d’autohypnose (c’est quand même le sujet de l’article), je me permets une parenthèse qui me paraît importante.

Bien que l’autohypnose soit un outil fantastique, il ne remplacera jamais totalement des séances avec un praticien en hypnose, et encore moins un suivi psychologique avec un professionnel de santé (psychologue, …).

Il y a plusieurs raisons à cela :

  • Même avec de l’expérience, il est toujours plus difficile de garder une part de conscience pour se guider soi-même plutôt que se laisser guider par un hypnotiseur.
  • Vous n’avez très certainement pas la connaissance nécessaire des rouages psychologiques pour pouvoir gérer des problématiques complexes.

Maintenant, ceci étant dit, pour les petits maux du quotidien, le développement personnel et en complément d’un accompagnement, l’autohypnose est un outil extraordinaire que je ne peux que vous conseiller de pratiquer ! Oui oui et oui !

Faire de l’autohypnose

Si vous lisez encore cet article c’est très probablement que vous voulez savoir comment faire de l’autohypnose.

(Si ce n’est pas le cas, vous devriez tout de suite partager cet article avec vos amis qui seront peut-être plus intéressés que vous !)

Je veux attirer votre attention sur un détail qui a son importance : on ne fait pas de l’autohypnose juste pour faire de l’auto-hypnose.

Ne confondez pas comment faire de l’autohypnose et de la méditation

La méditation est une pratique qui peut se suffire à elle-même : on médite simplement pour méditer, sans autre objectif.

Une séance d’hypnose quant à elle n’a pas de sens sans un objectif précis. D’ailleurs si on essaye de faire de l’auto-hypnose sans but, on risque très probablement de se retrouver à faire de la méditation.

C’est pourquoi il est très important de ne pas les confondre et de bien comprendre la différence entre hypnose et méditation.

Alors que la méditation est généralement une pratique passive et tournée vers le monde, l’autohypnose est une pratique active et tournée vers soi, vers l’intérieur.

Comment se déroule une séance d’autohypnose ?

Une séance d’autohypnose peut être décrite par une trame assez simple :

  1. la préparation
  2. l’entrée en état d’hypnose
  3. La phase de travail : l’utilisation de l’état d’hypnose en fonction de votre objectif
  4. la fin de la séance

Préparer sa séance d’autohypnose

Techniquement il est possible d’entrer en hypnose dans n’importe quelles conditions.

Mais c’est évidemment plus simple et prudent de la faire dans un cadre contrôlé.

En pratique je vous conseille de :

  • Vous placer dans un endroit calme
  • Avoir un moment de tranquillité assurée (personne ne va vous déranger)
  • Réduire au maximum les sources de perturbation (éteignez votre téléphone!).
  • Faire en sorte de vous sentir à l’aise (position, tenue, …)

Dans quelle position faire de l’autohypnose

La question revient très souvent : dans quelle position se mettre pour faire de l’auto-hypnose ?

D’un point de vue théorique, que vous soyez assis, debout ou couché, cela ne change rien à la possibilité d’entrer en état d’hypnose.

Je vous déconseille personnellement de vous allonger : ça vous évitera de vous endormir par mégarde !

Moi, j’ai une préférence pour la position debout, je trouve qu’elle permet de garder du dynamisme dans le corps.

Mais je vous conseille, pour commencer, de pratiquer assis. Cela vous permettra de vous familiariser avec votre état d’hypnose. Ensuite vous pourrez vous placer comme vous en avez envie.

Comment faire de l’autohypnose : cadrer sa séance

Pour que votre séance se déroule dans les meilleures conditions, il est important de vous fixer quelques règles.

Dans le jargon de l’hypnose on appelle ça des fusibles : ils permettent de sécuriser le déroulement de votre séance.

En fait il suffit de décider certain points et de vous les dires. Votre inconscient se chargera de les respecter.

Si vous voulez en savoir plus sur ce qu’est l’inconscient, vous pouvez lire cet article : qu’est-ce que l’inconscient ?

Le temps

hypnose et distorsion du temps
hypnose et distorsion du temps

Décidez simplement du temps que vous souhaitez accorder à votre séance. Ça peut être 10 minutes comme 1 heure, à vous de choisir.

Avec l’habitude vous verrez qu’il vous suffit de décider clairement de ce temps pour le respecter (comme lorsque vous vous réveillez tout seul le matin une minute avant votre réveil).

Pour commencer, le plus sécurisant est de lancer un minuteur ou activer une alarme pour vous servir de garde-fou.

Si vous voulez passer 10 minutes à faire votre séance d’autohypnose, dites-le-vous et mettez un réveil à 12 minutes… et vous serez peut-être surpris de voir qu’il n’a servi à rien. Mais au moins il vous évite d’avoir peur de dépasser le temps que vous avez.

La position et l’attitude

Simple question de confort, vous pouvez vous dire « je resterais bien stable. Je ne m’endormirais pas. ».

Les sécurités

Même si votre esprit est très bien fait et est capable de ressortir tout seul de l’état d’hypnose s’il en ressent le besoin, ça ne coûte rien d’ajouter vos propres règles claires et précises :

  • « S’il se passe quoi que ce soit qui nécessite mon attention je sortirais de l’état d’hypnose »
  • « si un collègue ou mon patron entre dans mon bureau je me réveillerais immédiatement. »
  • « si je ne trouve plus l’expérience agréable je pourrais en sortir à volonté ».

L’objectif

progression

Nous l’avons vu plus haut, une séance d’auto-hypnose doit avoir un objectif sous peine de se transformer en simple relaxation.

C’est dans dans cette phase de travail, centrale de votre séance, que se trouve toute la puissance de l’hypnose.

Avec un peu d’entraînement, entrer en état d’hypnose va rapidement devenir une formalité pour vous.

Par contre, ce que vous allez en faire, une fois sous hypnose, c’est la partie magique de votre séance.

Décidez donc de votre objectif.

Il doit être à la fois précis et simple.

Si vous ressentez un besoin précis profitez-en pour travailler dessus.

Par exemple, lorsque je ressens une émotion désagréable (colère, tristesse, peur, …) que je ne comprends pas, j’aime faire une séance d’autohypnose pour comprendre cette émotion. Quel message a-t-elle à me transmettre ?

Je me fixe donc un objectif tel que « je veux écouter ce que cette colère que je ressens veut me dire ».

Si vous n’avez pas de besoin précis, vous pouvez simplement vous connecter avec votre inconscient : « je veux prendre un instant pour écouter mon inconscient ».

C’est ce que je fais régulièrement. C’est plutôt une bonne habitude d’écouter son corps avant de ressentir quelque chose qui va mal. Et ça permet aussi d’avoir l’entraînement nécessaire pour y arriver plus facilement le jour où vous en avez vraiment besoin.

Par quoi commencer pour votre première fois ?

Je vous propose un objectif tout simple : ressentir votre état d’hypnose.

« Je veux ressentir et explorer mon état d’hypnose ».

C’est une curiosité amusante. Vous allez explorer ce nouveau monde. En plus ceci va vous permettre de progresser.

Comment on se sent sous hypnose ?

En pratique qu’allez-vous ressentir lorsque vous allez entrer en état d’hypnose ?

Et bien c’est différent pour chacun… merci, chapitre suivant.

Non je plaisante il a tout de même quelques points importants :

  • sous hypnose vous restez conscient de tout
  • vous pouvez à tout moment sortir de l’état d’hypnose si vous le souhaitez.
  • Ce n’est bien souvent pas un saut brusque dans un nouvel état, mais une pente douce. Donc vous pouvez avoir l’impression d’être simplement relaxé et détendu… il est souvent plus facile de se rendre compte de l’état d’hypnose lorsqu’on en ressort avec l’impression de revenir de loin.

Comment entrer en état d’hypnose

Vous voila prêt à entrer en état d’hypnose.

C’est-à-dire que vous devez faire glisser votre état de conscience vers l’état modifié qu’est l’hypnose.

On appelle cette étape l’induction (induire l’état d’hypnose).

Il existe des centaines de techniques d’induction.

Avec le temps et l’expérience vous allez même créer votre propre manière, celle que vous préférez et qui vous correspond le plus.

Je vous en proposerais d’autre, mais pour aujourd’hui je vais vous donner mon induction d’autohypnose favorite.

Comment faire de l’auto-hypnose : ma technique préférée

Le principe

Cette technique d’induction est ma préférée pour faire de l’autohypnose :

  • elle est très simple
  • elle s’adapte au rythme de chacun
  • elle est sympa à vivre 🙂

Je vais vous l’expliquer en reprenant la métaphore de l’ordinateur que je vous ai présenté plus haut dans cet article.

Imaginez que pour passer votre ordinateur en mode « programmation » il faut fermer les programmes et redémarrer l’ordinateur en mode programmation.

Je vous propose de faire la même chose :

  1. éteindre petit à petit le plus de programme conscients
  2. démarrer le mode inconscient, l’état d’hypnose.

Pour cela vous allez placer vos mains face à face devant vous.

Imaginez que l’espace entre vos mains est la place prise par les programmes, comme une barre de chargement.

Lorsque vos mains vont s’approcher, les programmes conscients vont se fermer jusqu’à quitter le mode « état de conscience ordinaire » lorsque les mains se touchent. Vous allez ressentir détente et relaxation.

Ensuite lorsque vos mains vont s’éloigner à nouveau, c’est le mode « programmation », l’état de conscience modifié, qui va démarrer.

Vous serez alors en état d’hypnose.

C’est très imagé, mais ça marche super bien !

Comment mes mains bougent ?

Vos mains bougent toutes seules !

Si, si ! Je vous explique.

Suivez simplement ces quelques étapes pour entrer en autohypnose :

  1. placez vos mains face à face, coudes pliés et épaules détendues. Fermez les yeux.
  2. demandez à votre inconscient d’enlever les barrières conscientes (les programmes) petit à petit en faisant approcher les mains jusqu’à qu’elles se touchent.
  3. Attendez que ça se fasse tout seul, le temps qu’il faut, sans forcer et sans vous mettre de pression.
  4. Lorsque les mains se touchent, demandez à votre inconscient de grandir et prendre de la place (démarrer le mode « programmation ») en écartant les mains.
  5. Lorsque vos mains ont atteint au moins leur position d’origine, laissez-les faire ce qu’elles veulent et passez à la phase de travail en vous concentrant sur votre objectif.

Terminer la séance d’autohypnose

Pour terminer votre séance d’autohypnose il faut réaliser ce qu’on appelle un réveil.

L’objectif du réveil est de vous reconnecter au monde qui vous entour et être prêt à continuer votre journée.

Le réveil est assez simple, vous pouvez par exemple vous dire :

« au compte de trois je me réveillerais et serait en pleine forme pour continuer ma journée. 1 (bougez vos mains, vos doigts), 2 (prenez une grande inspiration, soufflez fortement et étirez-vous, 3 (ouvrez les yeux) ».

Rassurez-vous, il est impossible de rester coincé en état d’hypnose. Quoi qu’il arrive en quelques minutes à peine vous retrouverez votre état normal.

Le réveil comme je vous le propose n’est là que pour simplifier et accélérer le processus.

Résumé de votre première séance

A retenir

Pour résumer, la première séance d’autohypnose que je vous propose devrait ressembler à ça :

  1. vous vous installez
  2. vous fixez vos règles : je vais rester stable, je me réveillerais si c’est nécessaire et la séance durera 10 minutes.
  3. Vous placez vos mains face à face et vous fermez les yeux.
  4. Vous laissez vos mains s’approcher toutes seules jusqu’à qu’elles se touchent.
  5. Vous laissez vos mains s’éloigner à nouveau toutes seules.
  6. Vous explorez avec curiosité vos sensations et dans cet état d’hypnose : chaleur, engourdissement, détente, émotions, calme, images, imaginaire, ….
  7. Vous vous réveillez au compte de 3.

Allez maintenant, c’est à vous !

Bonne séance !

Et dites-moi en commentaire ce que vous avez ressenti dans votre état d’hypnose !

Si vous avez aimé ça, vous pouvez le partager :-)

12 réflexions sur “Comment faire de l’autohypnose ? La méthode simple !

  • 13/02/2022 à 20:13
    Permalien

    Bonjour,
    Merci pour l’article ! J’ai apprit au paravant que l’on distinguait aussi les différents états de conscience en fonction des ondes qu’émet le cerveau.

    J’ai hâte d’essayer ça ! Cela parait simple en lisant l’article.
    En effet, j’avais peur de rester bloqué dans un état inconscient en m’hypnotisant seule.

    Merci 🙂

    Répondre
  • 14/02/2022 à 08:21
    Permalien

    Un superbe partage, qui permet de mieux comprendre l’hypnose. C’est vrai que l’on peut confondre méditation et hypnose. Merci pour ce partage.

    Répondre
  • 14/02/2022 à 08:43
    Permalien

    Merci pour les récap complet et précis (et bien écrit)! Sur l’hypnose et l’autohypnose!
    J’ai pratiqué les 2 mais à chaque fois de manière guidé (programme audio ou thérapeute) et ça m’aide à mieux comprendre mes expériences!

    Répondre
  • 14/02/2022 à 09:31
    Permalien

    Article très complet. J’ai fait appel à un thérapeute en hypnose il y a 2 ans qui m’a beaucoup aidé. A ce sujet : les séances de Joe dispenza sont elles des méditations guidées proche de l’auto hypnose ? J’en ai l’impression, temps les visualisations semblent puissantes et propices au changement …

    Répondre
  • 14/02/2022 à 10:03
    Permalien

    Je viens de faire une séance d’hypnose régressive (avec une bande audio) et je n’ai rien vu. Je viens d’essayer l’exercice d’auto-hypnose que tu recommandes, mes mains se rapprochent jusqu’à se toucher puis elle s’éloignent presque à en avoir les bras écartés! Mais rien ne se passe. Je vais pratiquer régulièrement, jusqu’à y arriver! Est ce que tu penses qu’un blocage peut m’empêcher d’aller plus loin ou tout le monde peut faire de l’auto-hypnose?

    Répondre
    • 15/02/2022 à 10:39
      Permalien

      Je pense qu’il faut voir du côté de tes attentes. Qu’attends-tu qu’il se passe pour considérer que ça fonctionne ? J’en parle un peu dans le paragraphe « comment on se sent sous hypnose ? » justement pour expliquer qu’on n’est pas déconnecté, qu’on ne ressent pas forcément quelque chose de frappant.
      Ce qui me frappe c’est que tu expliques que tes mains bougent bien toutes seules, et même au delà de tes attentes, et malgré tout tu ajoutes « il ne se passe rien »… Pourtant avoir ses mains qui bougent toutes seules ce n’est pas vraiment ce qu’on est habitué à vivre dans un état de conscience ordinaire non ?
      Avoir des doutes quand à son état d’hypnose est courant et n’est pas un problème, il faut rester curieux de ce qu’on ressent, prendre le temps de le découvrir. Dans l’avenir je proposerai certaines techniques permettant de rendre l’état d’hypnose encore plus palpable.

      Répondre
  • 14/02/2022 à 13:02
    Permalien

    Merci pour cet article 🙂 Je n’avais jamais vraiment entendu parler de ce concept et en tant que débutante dans le domaine, j’ai trouvé qu’il nous prenait vraiment par la main. On peut facilement faire la confusion avec la méditation ou se demander d’emblée l’intérêt de l’autohypnose vs hypnose et toutes les questions que je me posais au fur et à mesure de la lecture ont trouvé réponse. L’article était donc très instructif 🙂

    Répondre
  • 14/02/2022 à 15:35
    Permalien

    Génial article comme d’hbaitude! chouette travail de vulgarisation! merci de nous empuissancer comme cela! J’ai des petites questions : « Lorsque vos mains ont atteint au moins leur position d’origine, laissez-les faire ce qu’elles veulent et passez à la phase de travail en vous concentrant sur votre objectif » : c’est quoi cette phase de travail? Tu en parles ailleurs? Idem pour l’objectif? Penses-tu que l’auto-hypnose pourrait aider des objectifs thérapeutiques (je pense, en lien avec mon blog, à apprendre à contrôler ses pulsions de grattage quand on souffre d’eczéma ». Merci pour ton regard!

    Répondre
    • 15/02/2022 à 10:26
      Permalien

      Merci !
      Une séance d’autohypnose se pratique toujours avec un objectif précis. Dans le paragraphe « Comment se déroule une séance d’autohypnose » je presente les 4 grandes étapes d’une séance. La phase centrale est justement la phase de travail, celle qui change d’une séance à l’autre en fonction de l’objectif.
      L’objectif doit donc être déterminé en début de séance, j’en parle dans « Cadrer sa séance » > « L’objectif ».
      Dans cet article je me suis volontairement concentré sur sur les phases techniques qui encadrent la phase de travail, parce que je pense qu’il est important de d’abord bien être à l’aise avec l’autohypnose avant de chercher à répondre à un objectif plus complexe.
      C’est pour cette raison que dans le paragraphe « Par quoi commencer pour votre première fois » je vous propose d’avoir un objectif très simple « ressentir votre état d’hypnose ».
      De prochains articles développeront des objectifs plus précis, et des techniques de travail au sein d’un état d’hypnose maîtrisé.
      En ce qui concerne les objectifs thérapeutiques, je suis toujours prudent concernant à réponse. L’hypnose ne soigne pas. En revanche l’hypnose est très efficace sur 2 choses : l’aspect psychologique/émotionnel entraînant ou renforcer certains maux et la manière de vivre, gérer ces maux.
      Pour l’eczéma oui l’hypnose peut vraiment aider à mieux le vivre, réduire l’inconfort, les démangeaisons, etc… J’ai aussi eu plusieurs cas où les crises d’eczéma étaient des réactions à un état psychologique et émotionnel, et le travail sous hypnose a tout simplement permis de faire disparaître ces manifestations physiques.

      Répondre
  • 15/02/2022 à 11:21
    Permalien

    Article super enrichissant ! Je pratique régulièrement l’auto hypnose guidée et ça m’aide beaucoup dans le lâcher prise. Cet article m’apporte un nouvel éclairage et j’ai hâte de tester ! Merci !

    Répondre
  • 15/02/2022 à 18:35
    Permalien

    Merci pour cet article clair et où tout est très bien expliqué.
    Perso, je fais de l’auto hypnose quand j’ai besoin d’harmoniser ou réparer mes chakras 😉 !

    Répondre

Laisser un commentaire