Débuter l’hypnose ludique : 7 erreurs à éviter pour vous faire plaisir

Et si vous décidiez de débuter l’hypnose ludique ?

Avant de vous lancer et d’hypnotiser vos amis, des inconnus dans la rue, votre chien… découvrez les 7 erreurs classiques à éviter, et suivez mes conseils pour pratiquer cette nouvelle passion avec plaisir !

Débuter l’hypnose ludique : 7 erreurs à éviter pour vous faire plaisir

Bienvenue sur Hypnose et Neurosciences !
Vous voudrez sans doute lire mon livre Apprendre l’Hypnose par la Pratique :
cliquez ici pour télécharger le livre gratuitement ! 🙂

Débuter l’hypnose

Important : Dans cet article je vous parle exclusivement de la pratique de l’hypnose ludique ! Les erreurs et conseils sont bien différents pour ce qui concerne l’hypnose d’accompagnement.

Salut les hypnos passionnés !

Si vous débutez en hypnose : Bravo !

Vous allez voir c’est une formidable passion. En plus il y a toujours de nouvelles choses à apprendre et à tester… vous ne vous en lasserez jamais !

Lorsqu’on débute on se demande surtout comment hypnotiser quelqu’un et apprendre à être un hypnotiseur

Mais attention, il y a 7 erreurs classiques à éviter !

Beaucoup d’hypnotiseurs débutants font ces erreurs.

Elles peuvent ruiner votre plaisir et vos progrès en hypnose.

Ces erreurs je les ai presque toutes traversées ! Certaines auraient bien pu me faire tout arrêter…

Alors pour vous éviter de tomber dans le piège vous aussi, je les partage avec vous dans cet article.

Lisez bien jusqu’à la fin, car je vous donne mes conseils pour transformer cette découverte de l’hypnose en une véritable passion qui va faire partie de votre vie !

Si vous ne savez pas encore ce qu’est l’hypnose ou l’hypnose ludique, vous pouvez commencer par consulter mon article sur l’hypnose : Qu’est-ce que l’hypnose ?

[Erreur n°1] Vous enfermer dans la théorie

En hypnose, ne vous encombrez pas de trop de théorie

Pour débuter en hypnose ludique, la pratique est reine !

Dans la vie il y a deux types de personnes (ok je caricature un peu) :

  • celles qui passent à l’action sans s’encombrer de théorie,
  • et celles qui veulent tout savoir, tout maîtriser avant d’agir.

Clairement je suis dans la deuxième catégorie, mais je me soigne !

Et justement pour l’hypnose ludique, ce n’est pas cette catégorie qui va être la plus favorisée pour commencer.

Vous imaginez à quel point me lancer en hypnose à un été un formidable défi pour moi et m’a transformé en profondeur.

Avancez progressivement

Ne vous encombrez pas de tonnes de théories et de techniques les plus poussées qui soient. Lancez-vous !

Je vous encourage vraiment à progresser pas à pas. Appliquez systématiquement sur le terrain chaque nouvelle donnée théorique que vous acquérez au compte goutte.

Si vous lisez un bouquin de A à Z, et que vous attendez de l’avoir terminé pour vous mettre à l’action, croyez-vous vraiment que vous allez réussir à faire quelque chose de toutes ses nouveautés apprises ? Probablement non…

Je le sais, puisque, à la base, je suis comme ça ! J’ai cette tendance à trop « mentaliser » les choses. (bon parfois c’est un avantage aussi!).

Trouvez le juste équilibre entre théorie et pratique

L’avantage donc, c’est que je sais exactement comment vous aider pour ne tomber ni dans un extrême ni dans l’autre!

  • Partir sans aucune base n’est pas une bonne idée
  • Attendre de tout maîtriser théoriquement est une utopie qui va vous conduire à la procrastination… et à l’abandon.

Je vous propose vraiment d’avancer étape par étape, pour toujours vous amuser, vous faire plaisir, vous surprendre vous-même !

De cette manière vous restez toujours motivé.

Chaque mise en pratique doit être une expérience, et non un test ou un examen !

Imaginez un instant :

Vous débutez l’hypnose en toute confiance et simplicité.

Vous suivez un cadre précis dans lequel vous pratiquez librement, à votre manière, pour créer votre propre hypnose.

Régulièrement vous apprenez une base théorique, une technique, puis immédiatement vous la mettez en pratique. Vous la testez. Vous vous en imprégnez. Vous vous amusez avec et, déjà, vous hypnotisez les autres facilement.

Puis vous avancez. Vous passez à la suite.

Vous progressez ainsi continuellement en pratiquant avec toujours plus de plaisir et d’aisance!

[Erreur n°2] Croire que la réussite est possible

Réussir ou échouer une séance d’hypnose n’existe pas

« Je vais essayer de t’hypnotiser ».

Outre le fait que côté confiance en soi, charisme et fascination ce soit déjà mal parti, ceci traduit surtout un angle d’attaque à changer tout de suite.

Vous ne devriez jamais aborder une séance d’hypnose avec l’idée que vous pouvez soit réussir à hypnotiser soit échouer.

Rappelez-vous qu’on ne passe pas brutalement de l’état de conscience d’éveil à l’état d’hypnose ou vice versa. Il y a toute une palette de nuances entre les deux. Il est impossible même de dire ou chacun des états commence et s’arrête précisément.

Imaginez raconter une histoire à un enfant

Hypnotisez comme si vous racontiez une histoire à un enfant

Je vous propose de faire un parallèle.

Imaginez-vous avec un enfant, peut-être le vôtre, peu importe.

Votre mission est de faire rêver cet enfant en lui racontant une histoire.

Et bien ce que vous vous apprêtez à faire c’est exactement la même démarche qu’avec l’hypnose.

Et pourtant là, vous dites-vous « j’espère que je vais réussir à le faire rêver » ?

Non évidement !

Vous racontez votre histoire tout simplement. Et petit à petit, votre bambin se détend un peu plus. Il commence à imaginer ce que vous lui racontez. Il va peut-être, au bout d’un moment, être complètement absorbé au point de ressentir le suspens, de sursauter. Peut-être aura-t-il simplement le sourire jusqu’aux oreilles…

Finalement, à partir du moment où il vous écoute, c’est déjà gagné. Peu importe de quelle manière il est transporté.

Rappelez-vous de cette situation lorsque vous proposez de l’hypnose à quelqu’un.

Vous verrez que l’échec ne sera plus jamais une option pour vous !

Vous n’avez pas la responsabilité du résultat

Et si cet enfant à qui vous racontez une histoire n’a pas envie d’écouter ? Et s’il ne se sent pas dans des conditions idéales pour se laisser totalement transporter dans son imaginaire ?

Est-ce votre faute ? Non !

Évidement, plus vous serez à l’écoute de cet enfant, plus vous pourrez adapter votre histoire, votre rythme, votre jeu à ce qui le fait réagir.

Mais retenez bien qu’en hypnose comme avec un conte, vous n’agissez pas sur votre sujet. Ce n’est pas vous qui créez l’état d’hypnose ou l’imaginaire dans son cerveau.

Vous l’accompagnez simplement, vous le guidez là où il accepte de vous suivre, là où il se sent prêt à vous suivre. C’est lui qui entreprend ce voyage vers l’état d’hypnose.

Alors vous ne devriez plus jamais croire que vous portez la responsabilité de l’état d’hypnose de la personne que vous hypnotisez.

Et faites-le lui comprendre aussi, ça la responsabilise et lui fait comprendre qu’elle doit aussi œuvrer pour découvrir l’hypnose.

[Erreur n°3] Débuter l’hypnose en essayant d’imiter quelqu’un

SI vous débutez l’hypnose, que vous découvrez le sujet, il y a de fortes chances pour que vous ayez déjà regardé plein de vidéos d’hypnotiseurs.

C’est génial !

Oui mais attention : vous risquez d’être tentés d’imiter vos hypnotiseurs préférés… et ça ce n’est pas une bonne idée !

Soyez vrai

Hypnotisez sans imiter !

Si vous n’êtes pas vous-même la personne en face de vous va le sentir… et sa confiance va fortement baisser.

En fait lorsqu’on joue à être quelqu’un d’autre, on y arrive peut-être en apparence, mais notre communication non-verbale, notre corps, ne ment pas.

Un décalage entre vos communications verbales et non-verbales va rapidement être ressenti par votre sujet. Il peut se dire « il en fait trop » ou tout simplement être incapable d’être en confiance avec vous parce qu’il ressent qu’il y a déjà du mensonge entre vous, un truc pas net.

Simplifiez-vous la vie

Imiter quelqu’un ça demande énormément d’énergie et de concentration… Autant d’énergie et de concentration qui ne seront pas disponibles pour justement accompagner votre sujet.

Se forcer à avoir l’attitude, les mots d’un autre, c’est un travail conscient intense. Et votre conscient ne sait pas faire 2 choses à la fois. Tant qu’il doit se concentrer sur son rôle à jouer, impossible d’analyser votre sujet, de construire votre séance.

Vous verrez lorsque vous êtes vous-même, très rapidement, vos routines et techniques deviennent automatiques, inconscientes, naturelles. Et vous pouvez alors vous concentrer consciemment sur de nouvelles choses.

C’est exactement comme la parole. Regardez un enfant apprendre à parler, à faire des phrases correctes en français correct. Vous voyez à quel point c’est difficile pour lui ? C’est encore conscient, il doit se concentrer et réfléchir pour parler.

Et vous maintenant, est-ce que parler vous demande un quelconque effort ? Non, c’est naturel, automatique. Vous pouvez donc vous concentrer sur ce que vous avez à dire… ou même penser à autre chose en même temps.

Le plaisir de pratiquer sa propre hypnose

Comment voulez-vous prendre du plaisir à hypnotiser si vous n’êtes pas vous-même ? Vous allez très vite vous lasser !

Ce n’est qu’en construisant chaque jour votre propre hypnose que vous allez vous éclater et explorer cette passion très longtemps !

Très souvent les gens se lassent assez vite de leur passion. Dès lors qu’ils ont dépassé le pic d’excitation des débuts, ils n’apprennent plus assez de nouveautés et se lassent.

Vous avez une chance énorme en hypnose : C’est une exploration permanente ! Chaque séance est une surprise, pleine de découvertes et de nouveautés.

Vous avez compris : n’imitez pas ! Soyez vous-même ! Ne pratiquez pas de l’hypnose, mais votre hypnose ! Apposez votre patte, un peu de vous, à vos séances.

Regardez quand même des vidéos

Mais alors vous allez me dire « ok Pierrick, mais s’il ne faut pas imiter, pourquoi tu dis que c’est génial de regarder plein d’autres hypnotiseurs ? ».

C’est simple : parce que vous allez pouvoir décortiquer leur pratique, vous en inspirer, et modéliser leur séance.

Et c’est bien différent que d’imiter.

L’importance c’est d’avoir déjà des bagages théoriques et d’avoir déjà commencé à pratiquer.

De cette manière vous allez regarder la vidéo non pas en vous disant « ok il faut faire ci, il faut faire ça, je dois m’en rappeler» mais plus « d’accord là il utilise telle technique, le sujet réagi comme ça, ensuite il répond avec cette technique, c’est intéressant ! ».

Vous entrez donc dans une démarche de modélisation. C’est bien différent de l’imitation.

La modélisation c’est repérer des structures. Vous ne vous attardez pas sur les détails mais comprenez le cadre, les séquences

L’imitation vous enferme dans une pratique rigide.

La modélisation vous ouvre des horizons grâce à des cadres souples.

Ne basez pas tout sur la modélisation, mais elle est très intéressante à pratiquer.

Vous connaissez d’ailleurs peut-être une discipline proche de l’hypnose qui est fondée sur la modélisation : la PNL ou programmation neuro-linguistique !

[Erreur n°4] Hypnotiser (uniquement) pour faire le malin

C’est le sujet qui doit être au centre de votre attention, pas vous !

C’est toujours gratifiant d’être hypnotiseur

Bon, on ne va pas se mentir : quand on se lance dans l’hypnose ludique (je ne parle pas bien sûr de l’hypnose d’accompagnement), il y a toujours une petite (ou grosse) partie de nous qui le fait pour frimer un peu.

Nourrir son égo à travers sa passion, en soi ce n’est pas un problème.

C’est votre sujet qui est le plus important

Ce qui, en revanche, devient problématique, c’est si cette motivation à vous valoriser devient prépondérante dans votre pratique.

Parce que dans une séance d’hypnose il y a vous, l’hypnotiseur, mais aussi et surtout le sujet, l’hypnotisé !

L’idée fondamentale pour un hypnotiseur, s’il veut pouvoir guider au mieux son sujet, c’est d’être tourné vers le sujet.

Mais si vous ne pensez qu’à vous, à ce que vous renvoyez, si vous vous écoutez parler, vous n’êtes plus tourné vers votre sujet mais vers vous.

Dans ces conditions, impossible de faire une belle séance d’hypnose.

La personne en face de vous va se sentir utilisée, comme un objet de votre petit spectacle égocentrique.

A coup sûr ce ne sera pas un bon souvenir pour elle.

Soyez bien quoi qu’il arrive

Un autre détail, qui recoupe l’erreur n°2 : Si vous faîte de l’hypnose pour nourrir votre égo, c’est probablement pour guérir une blessure ou combler un manque de votre égo.

Dans ces conditions vous devenez dépendant du résultat de votre séance et vous reproduisez cette erreur n°2 qui est de croire que l’échec est possible. Et cet échec va vous blesser, parce qu’il ne va pas nourrir votre égo, bien au contraire.

Alors, encore une fois, votre objectif c’est le plaisir et la curiosité de votre sujet !

[Erreur n°5] Apprendre (et réciter) des scripts

L’hypnose n’a pas besoin de formules magiques

S’il y a vraiment une croyance qui a la peau dure, c’est que l’hypnose c’est comme la magie des dessins animés : il faut réciter des formules magiques qui se trouvent dans de beaux grimoires.

Cette croyance est encore entretenue aujourd’hui par certaines personnes (des hypnotiseurs, des pseudos formateurs) parce que ça leur permet de se rendre indispensables. Ils détiennent les clés du savoir.

Ceux qui apprennent l’hypnose dans ces conditions ne se sentent pas autonomes dans leur pratique. Ces personnes pensent qu’elles restent dépendantes de ces techniques, de ces scripts qu’on leur vend. Résultat : on trouve des groupes de discussions, des forums, avec des milliers de messages d’hypnos en recherche du script pour telle ou telle situation.

Libérez-vous des scripts

Je vais être très honnête avec vous : apprendre à travailler avec des scripts ça va vous donner l’illusion de plus rapidement maîtriser les choses… mais très rapidement ça va devenir un boulet qui va tout simplement vous empêcher de progresser.

Libérez-vous de tout script.

Même les techniques que vous utilisez devraient être réduites à l’essentiel.

Les techniques très complexes c’est beau à apprendre, à voir, mais en pratique c’est impossible à appliquer. Ça vous demande une concentration folle.

Une technique la plus simple possible et bien maîtrisée va très vite devenir une routine, un automatisme d’hypnotiseur.

Dès que c’est le cas, vous avez de nouveau toutes vos capacités mentales pour être à l’écoute de votre sujet et penser à votre stratégie.

Une technique complexe ne sera jamais automatisée et continuera toujours à vous demander énergie et concentration… Vous passez votre temps à faire de la technique au lieu de pouvoir aller au-delà.

Adaptez-vous à votre sujet

Récoltez du feedback de la personne que vous hypnotisez, pour vous adapter à elle

Un script tout fait c’est peut-être un script génial, mais il n’en reste pas moins un script généraliste. C’est à dire qu’il est conçu pour marcher sur beaucoup de monde. Le pendant c’est qu’il ne sera jamais parfaitement adapté à votre sujet, et son efficacité s’en ressentira fortement.

Les scripts c’est comme les hypnoses proposées sur youtube : ne vous attendez pas à des résultats très intéressants.

Récoltez continuellement du feedback auprès de votre sujet : observez-le, questionnez-le, écoutez-le.

Servez-vous de ce que vous renvoie votre sujet pour construire et adapter votre séance.

Laissez votre hypnotisé guider la séance

Une technique qui fonctionne bien :

  • Maîtrisez une petite routine de base, pour lancer votre séance.
  • Ensuite écoutez votre sujet, ce qu’il a envie d’expérimenter et faites-le ! En plus si la demande vient de lui, vous avez beaucoup plus de chance pour que ça fonctionne très rapidement.

[Erreur n°6] Se prendre pour un praticien d’accompagnement

C’est un bon problème

Là on est plutôt dans le bon problème : il arrive lorsqu’on commence à se sentir à l’aise avec l’hypnose en pratique.

Mais il n’est pas moins un problème important !

A mes débuts, lorsque je ne faisais que de l’hypnose de rue, au bout d’un moment il m’arrivait de plus en plus souvent cette situation : en fin de séance, les personnes ravies par l’expérience me demandaient « c’est génial, est-ce que vous pouvez me faire arrêter de fumer s’il vous plaît ? » ou une autre demande « thérapeutique » ou d’accompagnement.

C’est un signal très positif ! En quelques minutes vous avez fait ressentir à votre sujet qu’il pouvait vous faire confiance et que vous étiez la bonne personne pour le guider en hypnose.

Ne sortez pas de votre cadre ludique

J’ai toujours refusé de sortir du cadre ludique, ne me sentant pas prêt et compétent à l’époque.

Je vous recommande fortement de faire comme moi.

Je renvoyais systématiquement les gens vers un hypnothérapeute de confiance.

D’ailleurs, même aujourd’hui, je ne mélange pas : si on me demande de l’aide en fin de séance ludique, je propose un rendez-vous pour une séance d’accompagnement. Je pense que le cadre de la rue ou d’une soirée, avec les regards notamment, n’est pas adapté à l’hypnose thérapeutique.

La technique hypnotique est un outil, mais il faut d’autres outils dans votre caisse à outils pour pouvoir faire de l’accompagnement.

Il y a bien sûr plein d’outils vous permettant d’être de meilleurs accompagnants, plus efficaces sur telle ou telle problématique. Mais il y a surtout les sécurités indispensables, les limites.

D’ailleurs il existe déjà des limites en hypnose de rue ou hypnose ludique.

La première est justement de ne jamais aller dans l’accompagnement.

De tout arrêter dès que de l’émotionnel semble prendre les devants par exemple.

Savoir réagir en cas d’abréaction

Savoir gérer en cas de décharge émotionnelle

Il y a une réaction bien connue des street hypnotiseurs qui s’appelle l’abréaction.

L’état d’hypnose nous permet de nous reconnecter à notre inconscient. C’est le siège de nos émotions.

L’abréaction c’est lorsque une émotion incontrôlée remonte brutalement et submerge le sujet.

Ça peut arriver n’importe quand. En pratique, avec l’habitude et en étant bien à l’écoute de l’autre, on arrive à la sentir arriver. On peut alors réagir avant que ça n’explose.

Ce qui se passe c’est que la transe hypnotique a fragilisé la carapace consciente de la personne sous hypnose. Si cette personne retenait enfermée une forte émotions douloureuse, il se peut qu’elle en profite pour sortir brusquement.

Il est impératif en cas d’abréaction dans un cadre non thérapeutique d’accompagner en douceur votre sujet vers une sortie de transe, un réveil.

Ensuite prenez le temps, tout le temps qu’il faut, pour vous assurer que votre sujet aille mieux.

[Erreur n°7] Décider à l’avance ce que vous voulez faire de la séance

Plan, déroulement, organisation d'une séance d'hypnose
Ne planifiez pas trop vos séances !

Voilà l’erreur qui m’a le plus longtemps collé à la peau : avoir des attentes trop précises des séances.

Je me faisais des films, j’imaginais, j’anticipais chaque réaction, chaque suggestion…. Et au final ça ne se passait jamais comme prévu !

Ça pourrait ne pas être bien grave si ça n’avait pas un effet négatif : quand vous anticipez trop, vous n’écoutez plus ! Vous êtes dans la position de leader dès le début, et votre sujet n’arrive pas à vous suivre…

Quand votre esprit est accaparé par ce que vous voulez faire après, vous n’êtes pas réceptif à tous les signaux que vous envoie votre sujet.

Je sais bien qu’au début on a peur de se retrouver sans idée, ne pas savoir quoi faire, …

Mais l’hypnose a un côté plutôt sympa sur lequel on ne peut pas compter lorsqu’on fait un simple discours : vous pouvez faire un blanc énorme et prendre même plusieurs minutes pour réfléchir sans même que le sujet ne s’en rende compte.

En conclusion : mes conseils pour bien débuter l’hypnose

A retenir

Finalement, vous avez remarqué ? Pour bien apprendre à hypnotiser, moins vous vous prenez la tête et mieux c’est !

Sympa non ?! 😉

Alors voici les conseils que je vous propose :

Jouez et expérimentez

Abordez chaque séance comme un jeu, une expérience où, quoi qu’il se passe, c’est positif et passionnant.

En plus vous allez voir, lorsque quelqu’un découvre l’hypnose avec vous, il lui en faut peu pour être heureux (Vraiment très peu… 🙂 ).

Ne vous encombrez pas de techniques compliquées

Pour continuer à citer ce cher Baloo : « Et tu verras qu’ tout est résolu, Lorsque l’on se passe des choses superflues »

Alors faites simple !

Au placard les techniques de fou ! Il vaut mille fois mieux maîtriser une technique de base que réciter une technique évoluée.

Ne devenez pas UN hypnotiseur

Soyez vous-même et unique.

Créer votre pratique, imprégnez-la de votre propre personnalité.

Une séance d’hypnose est bien plus qu’un enchaînement de techniques. C’est avant tout un échange, une relation entre vous et votre sujet.

Au lieu d’apprendre, comprenez

Pas de script !

Comprenez ce qui se passe derrière chaque technique. Comprenez ce qui se passe chez votre sujet. Et jouez avec !

Laissez la place à la surprise

Ne prévoyez pas toute votre séance à l’avance. Elle ne se déroulera de toutes manières jamais comme vous l’avez imaginé !

Vous êtes comme en théâtre d’improvisation. Laissez-vous porter par ce qui se passe avec votre sujet, et utilisez ça pour improviser, vous adapter et vous amuser vous et votre sujet.

Un objectif simple pour vos séances

Le sourire de vos sujets est votre meilleur cadeau !

Fixez-vous un objectif tout simple : faire découvrir à votre sujet des capacités de son esprit qu’il ne soupçonnait pas.

Cet objectif n’a que des avantages :

  • Il dirige votre attention sur votre sujet
  • Il est très simple à atteindre, même sans avoir des effets hypnotiques très poussés.

Vous verrez que le meilleur cadeau c’est le sourire de vos sujets lorsqu’ils repartent.

Pour ne riens rater des prochains conseils ou techniques pour apprendre et pratiquer l’hypnose, vous pouvez vous abonner à la page facebook d’Hypnose et Neurosciences !

Si vous avez aimé ça, vous pouvez le partager :-)

10 réflexions sur “Débuter l’hypnose ludique : 7 erreurs à éviter pour vous faire plaisir

  • 18/10/2021 à 09:28
    Permalien

    Article super intéressant encore une fois 🙂 !
    Merci pour le partage et les 7 erreurs à ne pas commettre en hypnose.

    Répondre
  • 18/10/2021 à 09:31
    Permalien

    Je pratique l’autohypnose depuis quelques années et cela a changé ma vie 🙂 cela m’a permis avec d’autres techniques de réguler mon stress et travailler sur les traumatismes vécus !

    Répondre
    • 18/10/2021 à 21:46
      Permalien

      Bravo d’avoir adoptée cette pratique !
      Je me demande, est-ce que tu as commencée à pratiquer l’autohypnose seule, en autodidacte ? ou accompagnée ? ou suite à des séances d’hypnothérapie ?

      Répondre
  • 18/10/2021 à 12:36
    Permalien

    Exactement les même conseils à suivre que pour la pratique de la tarologie 😉

    Répondre
    • 18/10/2021 à 21:35
      Permalien

      Ha !? ça pique ma curiosité !

      Répondre
  • 18/10/2021 à 13:34
    Permalien

    Top ! Merci pour vos conseils ! C’est vrai que c’est tentant de vouloir développer un « pouvoir » unique… Merci pour cette liste dans laquelle je crois reconnaître certains de mes travers 🙂

    Répondre
  • 19/10/2021 à 08:28
    Permalien

    Excellent article, que des bons conseils ! Tu permets de casser un peu la représentation trop ésotérique que le grand public a de l’hypnose en apportant du pragmatisme et de la bonne humeur dans tes « consignes ». Merci !

    Répondre
    • 19/10/2021 à 08:45
      Permalien

      Merci pour ce retour qui me fait chaud au cœur !

      Répondre
  • 04/11/2021 à 09:45
    Permalien

    Excellent article, très complet et structuré ! L’erreur numéro 3 m’a particulièrement interpellé car notamment dans le livre d’Anthony Robbins « Pouvoir illimité », il insiste sur le fait d’imiter. Et justement, dans la dernière partie de l’erreur 3 que tu mentionnes, tu précises comment imiter d’une certaine façon. Ça rejoint donc le fait d’imiter… mais bien. Et c’est là tout le pouvoir de l’imitation pour évoluer vite, observer activement et intelligemment pour répondre les bons points sans s’oublier soit. Top !

    Répondre

Laisser un commentaire