Hypnose : découvrez ses secrets ! C’est quoi, pourquoi et comment ?

Tout le monde a déjà entendu parler d’hypnose… Mais c’est quoi exactement ? Est-ce que ça existe vraiment ? A quoi sert ? Qu’est-ce qui se passe lorsqu’on est sous hypnose ? Que fait un hypnotiseur ? Quelle est la différence entre un hypnothérapeute et un hypnotiseur de spectacle ?

Et tant d’autres questions auxquelles je vais essayer de répondre dans cet article.

Hypnose : découvrez ses secrets ! C'est quoi, pourquoi et comment ?

Bienvenue sur Hypnose et Neurosciences !
Vous voudrez sans doute lire mon livre Apprendre l’Hypnose par la Pratique :
cliquez ici pour télécharger le livre gratuitement ! 🙂

À la découverte de l’hypnose

Le mythe qui entoure l’hypnose

Je me rappelle très bien le jour où j’ai pris conscience de l’ampleur du mythe qui entoure l’hypnose.

C’était il y a quelques années, un samedi après-midi. Je me promenais dans un parc pour proposer à des inconnu(e)s de leur faire découvrir les pouvoirs de leur esprit. J’avais ma pancarte « Hypnose gratuite » avec moi.

En passant dans une allée, j’ai remarqué le comportement bizarre d’un gars. Il était recroquevillé sur lui-même, le regard entre ses pieds. J’ai trouvé ça étrange. Je me suis éloigné et je l’ai vu, du coin de l’œil, se redresser. Il semblait me surveiller. J’ai donc décidé de repasser et il a subitement repris la même position, plié en deux, le regard sur ses chaussures.

Encore aujourd’hui l’hypnotiseur fait peur

Je me suis approché de lui et je lui ai demandé si tout allait bien.

Il m’a répondu « oui, oui ».

« Mais alors pourquoi vous vous tenez comme ça quand je passe devant vous ? »

Et là, je m’en rappellerais toute ma vie, il m’a répondu avec tout le sérieux du monde « pour ne pas croiser votre regard et que vous preniez le contrôle de moi » !

La clac ! Franchement ça m’a amusé, mais en même temps j’ai trouvé ça flippant.

J’ai pris quelques minutes pour m’asseoir à ses côtés et lui expliquer ce qu’était, et surtout ce que n’était pas l’hypnose.

Cet article est bien plus complet, mais il reprend les points que j’ai abordés avec lui.

(Ha au fait : après les explications, il a accepté d’essayer 🙂 )

Tout le monde en parle mais peu la connaissent vraiment

L’hypnose n’a jamais été aussi connue qu’aujourd’hui :

  • Messmer hypnotise des célébrités à la télévision.
  • Les journaux font régulièrement leurs gros titres d’une nouvelle opération sous hypnose.
  • Vous avez peut-être un ami qui a participé à un spectacle d’hypnose.
  • Vous connaissez probablement quelqu’un qui est déjà allé voir un hypnothérapeute, peut-être même est-ce vous ?

Malgré tout cela, l’hypnose reste méconnue dans ce qu’elle est vraiment.

Nous avons tous beaucoup de croyances et de préjugés sur l’hypnose.

Il y a beaucoup de personnes encore qui croient que ça n’existe tout simplement pas, que c’est faux, une mise en scène.

Et certaines personnes au contraire voient l’hypnotisme comme de la magie, qui permettrait tous les miracles sans aucun effort.

Dans cet article je vous propose de prendre de la hauteur et de passer en revue les informations et notions importantes sur l’hypnose.

Pourquoi j’écris cet article ?

Mon objectif est qu’après cette lecture vous ayez une idée beaucoup plus juste de ce qu’est et n’est pas l’hypnose.

De cette manière, vous aurez toutes les cartes en main pour :

  • Oser monter sur scène lors du spectacle d’un hypnotiseur organisé par votre comité d’entreprise.
  • Choisir d’aller voir un hypnopraticien pour enfin arrêter de fumer ou mieux gérer votre stress.
  • Décider d’apprendre vous-même à hypnotiser pour amuser ou aider.
  • Rassurer et informer un proche qui a peur de l’hypnose.

Définition de l’hypnose

Que désigne ce mot ?

On utilise le mot « hypnose » pour deux choses liées mais différentes :

  • pour désigner l’état d’hypnose (être sous hypnose).
  • pour désigner la pratique, les techniques pour créer et utiliser l’état d’hypnose (faire de l’hypnose, hypnotiser quelqu’un).

Étymologie

Le préfixe « hypno » vient du grec « hupnos » et signifie sommeil.

Le mot « hypnose » est récent, il n’apparaît dans la langue française que vers 1880.

C’est un dérivé du mot « hypnotisme » qui dérive lui-même de l’adjectif « hypnotique ». Ce dernier est alors déjà utilisé en médecine et signifie « qui provoque le sommeil ».

Depuis les années 1840, le terme « hypnotisme » a la particularité d’être utilisé par les médecins français pour désigner un sommeil ou somnambulisme non naturel, provoqué volontairement et artificiellement. On parle alors d’un état d’hypnotisme ou d’un sommeil hypnotique. Ces désignations remplacent progressivement celle alors en vigueur : le sommeil magnétique (provoqué grâce à la manipulation d’un fluide magnétique).

Pour faire simple, « hypnose » ça vient du fait que dans cet état on donne souvent l’impression de dormir d’un sommeil un peu bizarre.

Mais l’histoire de l’hypnose est bien plus grande et complexe que celle du simple mot !

L’histoire de l’hypnose

Des racines ancestrales

La transe hypnotique était déjà maîtrisée par les chamans et sorciers

Bien que le terme « hypnose » soit très récent, son l’utilisation remonte en fait presque aussi loin que l’humanité.

Dans presque tous les peuples premiers, les traditions anciennes on retrouve des sorciers, guérisseurs et chamans utilisant la transe comme outils de guérison et de connaissance.

Ces transes étaient parfois provoquées par l’absorption de substances psychotiques, mais le plus souvent elles ressemblaient fortement à des mises en transe hypnotique bercées par les croyances des peuples et les suggestions des guides.

On retrouve aussi souvent l’utilisation de rythmes et fréquences sonores comme les tambours ou bols tibétains. Ceux-ci rappellent l’utilisation des fréquences lumineuses des lampes hypnagogiques exploitées par les Dream Machine pour induire des états modifiés de conscience.

On retrouve aussi des traces d’utilisation de méthodes hypnotiques chez les Sumériens (-4000 Av JC), les égyptiens (-3000 av JC) ou encore les grecs.

La pratique de ces transes hypnotiques s’est perpétuée jusqu’à notre ère à travers les rituels, incantations,…

L’histoire moderne

L’histoire de l’hypnose moderne remonte aux années 1770.

Du magnétisme animal à l’hypnose d’aujourd’hui, son histoire est celle de grands noms tels que Mesmer, Charcot, Erickson, Janet, Freud, …

Elle n’a jamais quitté les salles de spectacles.

Elle a eu son époque de gloire dans les asiles psychiatriques avant d’être un peu mise de côté au profit d’autres méthodes. Elle a aussi eu de beaux jours dans les salles d’opérations, avant que l’ether ne se démocratise…

Et elle revient de toutes parts aujourd’hui sur le devant de la scène.

Mais je vous propose de vivre cette aventure en détails dans un prochain article !

L’état d’hypnose

Les états de conscience

Vous passez plus ou moins souvent et naturellement par différents états de conscience.

Un état de conscience est un mode de fonctionnement de votre esprit. Il va conditionner votre manière de réagir au monde qui vous entour.

Il y a d’un côté les états normaux de conscience :

  • l’éveil actif
  • le sommeil lent
  • le sommeil paradoxal (lorsque, pendant le sommeil, l’activité du cerveau est proche de celle de l’éveil. C’est le moment privilégié des rêves).

Et il y a de l’autre côté les états modifiés de conscience (EMC).

Les EMC sont transitoires et changent le fonctionnement psychologique du sujet par rapport à l’état d’éveil.

Ils modifient l’expérience subjective du sujet, c’est-à-dire que la personne vivant un EMC ne va pas réagir au monde réel comme habituellement.

L’hypnose est un état modifié de conscience

Un état modifié de conscience observable dans le cerveau

Le rêve est considéré comme un état modifié de conscience. C’est aussi dans cette catégorie qu’on place l’état de méditation, les hallucinations et, en ce qui nous concerne, les états hypnotiques et transes.

L’hypnose est parfois décrite comme étant entre l’état de veille et de sommeil. D’autres états de conscience théoriques sont décrits de la même manière, comme, par exemple, le “niveau sophroliminal” en sophrologie.

L’état d’hypnose peut être vécu avec différents niveaux, différentes profondeurs de transe hypnotique.

On parle de transe hypnotique car une transe est un état second qui n’est pas réservé à l’hypnose.

On peut par exemple citer les transes des sorciers, les transes chamaniques ou encore les transes des danseurs au son de la musique “techno” dans les rave party. Le terme “transe” est de la famille du verbe “transir” qui était utilisé au Moyen Âge pour désigner le fait de “partir”, “passer”… ce qui exprime bien cette idée de sortir de son corps, de passer dans un autre monde, etc.

Les caractéristiques de l’état d’hypnose

Une modification des perceptions

L’état d’hypnose se caractérise par une modification des perceptions.

Ces modifications sont extrêmement variables et modulables, notamment en fonction de la profondeur de l’induction hypnotique et des suggestions qui l’accompagnent.

Si je vous hypnotise, vous pourrez expérimenter :

• Une modification, voir une perte, des repères spatio-temporels. C’est notamment très fréquent que le sujet perde la notion du temps qui s’écoule et soit surpris à son réveil.

• Un détachement vis-à-vis du monde qui vous entour, à l’exception de la voix de l’hypnotiseur. Un sentiment de lâcher-prise.

• Une frontière beaucoup plus mince entre réel et imagination.

• Une plus forte connexion avec vos émotions.

Une plus grande suggestibilité. La suggestibilité est la capacité à accepter les suggestions que propose l’hypnotiseur et à se laisser influencer par elles.

Toutefois, il est important de préciser que le sujet reste conscient de ce qui se passe, de ses actes et de ses paroles durant toute la séance.

Vous serez toujours capable de refuser ce qui ne vous correspond pas.

Des signes extérieurs de transe hypnotique

De l’extérieur je vais pouvoir vérifier que vous êtes bien entré dans cet état modifié de conscience en remarquant des signes de transe :

• Mouvements rapides des yeux sous les paupières (comment pendant le sommeil paradoxal)

• Déglutition plus fréquente

• Modification de la teinte de la peau

• Signes de rêverie ou relaxation

•…

L’hypnose naturelle et quotidienne

Cet état n’est pas nécessairement provoqué ou induit. L’hypnose peut aussi apparaître spontanément.

Dans sa forme la plus légère, vous vivez déjà des états d’hypnose plusieurs fois par jour.

Ce sont des états d’absorption, de modification de la vigilance.

Milton H. Erickson, célèbre thérapeute dont nous reparlerons, aurait appelé ces états les “transes naturelles de la vie quotidienne”.

Je suis sûr que vous avez déjà vécu au moins une de ces situations :

• lorsque vous êtes “dans la lune

• lorsque vous lisez un livre passionnant au point que le monde qui vous entoure semble disparaître

• lorsque vous conduisez et que vous vous rendez compte que pendant de longues minutes vous étiez ailleurs, perdu dans vos pensées, et que votre corps semble avoir conduit tout seul (et parfois vous venez de louper votre sortie d’autoroute).

Bravo, vous savez déjà entrer en état d’hypnose tout seul !:) (mais pas forcément quand vous le voulez…)

Provoquer un état d’hypnose

Bien sûr, vous l’aurez compris, il est possible de provoquer un état d’hypnose et hypnotiser quelqu’un ça s’apprend facilement.

Comme pour la plupart des états modifiés de conscience (méditation, transe chamanique,…) on parlera d’état auto-induit. Cela signifie que c’est le sujet lui-même qui, par sa volonté, va faire glisser son état de conscience ordinaire (l’état d’éveil) vers l’état d’hypnose.

Même si c’est le sujet qui atteint lui-même l’état d’hypnose, vous verrez qu’il est plus facile d’y arriver en étant accompagné par un hypnotiseur.

Il est aussi possible de provoquer soi-même sa propre hypnose : c’est le principe de l’autohypnose.

Êtes-vous réceptif à l’hypnose ?

Nous sommes tous réceptifs

En tant qu’état de conscience existant naturellement, l’hypnose est accessible à tout le monde.

Tout le monde est réceptif et peut entrer en état d’hypnose.

Ce qui va changer d’une personne à l’autre est le degré de réceptivité. D’ailleurs ce degré de réceptivité n’est pas non plus figé pour une personne : il peut changer d’un moment à l’autre, d’un hypnotiseur à l’autre, …

Personnellement j’adore quand, en début de séance, mon client me dit « j’ai déjà essayé, ça n’a pas marché, l’hypnotiseur m’a dit que je n’étais pas réceptif »… et que quelques minutes plus tard le même client s’émerveille d’avoir les pieds collés au sol !

(Au passage coup de gueule contre certains hypnos : les gars, arrêtez de dire aux gens que vous n’avez pas réussi à hypnotiser que c’est eux qui en sont incapables ! La plupart n’oseront jamais réessayer l’hypnose!)

On peut faire le parallèle avec l’état méditatif. Tout le monde peut faire de la méditation. Certains y arrivent très facilement et rapidement. D’autres ont besoin d’entraînement. Et tous seront plus ou moins gênés par les conditions dans lesquelles ils pratiquent, comme le bruit ou leur état de fatigue actuel.

C’est exactement pareil avec l’hypnose. En plus de cela, la volonté du sujet à se laisser guider est primordiale.

Personne ne peut être hypnotisé de force.

Une petite partie de la population est très réceptive

Une grande majorité (80 % environ) de la population non entraînée à l’hypnose est normalement réceptive. C’est-à-dire qu’il lui faudra plusieurs minutes d’entraînement pour entrer dans l’état d’hypnose et vivre des phénomènes hypnotiques simple, et encore plus d’entraînement pour amplifier l’état et vivre des phénomènes plus complexes.

Une petite partie des gens, environ 10 %, auront la capacité de très facilement entrer en hypnose et atteindre très rapidement une profondeur de transe leur permettant de vivre des phénomènes très intenses.

Enfin une dernière petite partie de la population (10%) aura besoin de beaucoup plus d’entraînement, et probablement d’un guidage beaucoup plus personnalisé, pour découvrir l’hypnose.

L’hypnose est-elle réelle ou un fake ?

De nombreuses études scientifiques

Depuis que l’hypnose existe, elle a toujours éveillé les soupçons et controverses.

Encore aujourd’hui, une partie importante de la population est convaincue qu’elle n’est que mise en scène, trucages et jeux d’acteurs.

Il faut avouer que, à l’instar du mentalisme, le fait que l’hypnose de spectacle évolue dans les mêmes milieux que la magie peut laisser à penser au public qu’elle repose sur les mêmes bases.

Pourtant l’hypnose est bien réelle.

De nombreuses études scientifiques ont été réalisées au sujet de l’hypnose.

Elles ont démontré un fonctionnement différent du cerveau en état d’hypnose. Ceci a notamment été observé par électroencéphalogramme (EEG).

Aujourd’hui l’hypnose n’a pas révélé tous ses secrets, mais on dispose d’assez de connaissance et de littérature scientifique sur l’hypnose pour que celle-ci soit enseignée en faculté de médecine et soit employée dans les hôpitaux.

D’autres mécanismes peuvent entrer en jeux

On ne peut pas pour autant expliquer précisément les mécanismes qui entre en jeux lors des transes hypnotiques.

Certains chercheurs n’écartent pas l’existence d’une part plus ou moins importante d’un jeu de rôle comportemental permettant de se conformer à des attentes sociales. Et cette part est probablement beaucoup plus importante dans le contexte d’un spectacle d’hypnose, où l’effet de groupe, de foule et la mise en scène poussent les sujets à répondre exactement comme on s’attend à ce qu’ils répondent.

Les dangers de l’hypnose

La faiblesse de certains sujets en difficulté

Nous avons vu que l’état d’hypnose n’a rien à voir avec un état de soumission ou de perte de contrôle.

L’hypnose ne permet pas la manipulation parce que le sujet peut toujours refuser les suggestions de l’hypnotiseur.

Ça veut dire que l’hypnose n’est pas un outil de manipulation.

Ceci n’empêche pas qu’un hypnotiseur soi mal-intentionné et profite de la faiblesse d’un sujet et de la figure d’autorité qu’il représente à ses yeux. Il est donc important de rester vigilant avec l’hypnose tout autant qu’on le serait avec n’importe qui.

Des contre-indications

Il n’y a aucune contre-indication absolue à l’hypnose.

En revanche certains accompagnements de personnes porteuses d’une pathologie ne pourraient se faire autrement que par un spécialiste de cette pathologie.

On peut typiquement citer les sujets psychotiques, déjà instables dans leur identité et avec une construction de la réalité altérée. L’hypnose, qui utilise dissociation et mélange entre imaginaire et réalité, pourrait être mal vécue pour la personne et doit absolument être pratiquée par un psychiatre ou un autre professionnel de santé spécialisé dans la pathologie du client.

L’hypnose en tant que pratique

Hypnose ou autohypnose

Vous l’avez vu dans le paragraphe précédent, l’état d’hypnose est un état de conscience modifié dans lequel les perceptions et l’état psychologique du sujet sous hypnose sont modifiés. C’est un état dans lequel on entre soi-même. Il peut être spontané ou provoqué. Lorsque l’état d’hypnose est provoqué, il l’est toujours par le sujet lui-même (on parle d’état auto-induit), même si c’est en étant accompagné par un hypnotiseur.

Si la personne qui entre en hypnose fait ça seule, on parle d’autohypnose ou auto-hypnose.

Si elle est guidée, accompagnée par un hypnotiseur, on parlera d’hypnose.

Les fausses croyances sur l’hypnose

L’hypnotiseur ne peut pas prendre le contrôle de votre esprit

L’hypnose est faite de croyances

De nombreuses croyances et préjugés existent et persistent au sujet de l’hypnose.

Ces idées reçues ont été entretenues par les hypnotiseurs pendant très longtemps, ce qui leur permettait d’exercer plus de fascination. C’est encore aujourd’hui cultivé par les hypnotiseurs de spectacle.

Tout hypnotiseur, y compris en hypnose d’accompagnement, peut utiliser certaines croyances dans l’intérêt du sujet. Ces croyances peuvent permettre d’améliorer l’état d’hypnose et le travail associé. Il faut juste s’assurer que ces croyances ne portent pas préjudice au sujet ou soient démesurées. Et bien sûr l’hypnotiseur peut utiliser les croyances de son sujet, mais ne devrait pas lui en imposer.

Lorsque j’accompagne un client pour la première fois, je lui demande toujours ce que c’est l’hypnose pour lui. Et, sauf si vraiment c’est négatif, comme « vous prenez le contrôle de mon esprit », j’utilise sa croyance.

Quand mon client me dit « Quand je serais en hypnose je vais me connecter à mon guide intérieur et il va me montrer le chemin. » je ne vais pas le contredire! Premièrement de quel droit je pourrais le juger. Et surtout, si symboliquement c’est comme ça pour lui, et bien c’est comme ça que ça sera le plus efficace ! Si je cherche à lui faire entendre une autre version, il y a de grandes chances pour que je sabote le travail.

Les seules croyances que je me permets de rectifier sont celles qui peuvent être négatives :

  • croire que c’est l’hypnotiseur qui prend le contrôle.
  • Croire que l’hypnose va « guérir mon cancer » par exemple.
  • Ou croire que l’hypnose va permettre de retrouver un souvenir effacé et savoir ce qui s’est vraiment passé. C’est une notion importante que je détaillerai dans un autre article : les faux souvenirs.

Une méconnaissance de l’hypnose

Heureusement, la plupart des gens ont aujourd’hui conscience que l’hypnose n’a rien de magique ou surnaturelle.

Par contre je suis toujours surpris par la proportion de personnes associant l’hypnose à une manipulation de l’hypnotiseur et une perte de contrôle du sujet. Cette croyance, dont l’hypnose de spectacle est en grande partie responsable, empêche un nombre beaucoup trop important de personnes qui en auraient besoin à faire appel à l’hypnose.

Je rappelle que l’état d’hypnose est avant tout un état naturel.

Tout le monde a la capacité de rentrer dans cet état modifié de conscience, et tout le monde sait aussi en sortir, ce qu’on appelle se réveiller.

La personne hypnotisée garde le contrôle

On ne peut pas faire entrer quelqu’un en hypnose contre sa volonté.

Une fois dans l’état d’hypnose, le sujet doit encore suivre les suggestions de l’hypnotiseur. Il peut à tout moment refuser les suggestions qui ne lui correspondent pas. Il n’y a donc pas de contrainte.

La personne hypnotisée reste consciente pendant la séance.

Elle entend et comprend ce qui se passe. Elle peut à tout moment contrôler ses actions si elle le souhaite. Elle peut ne pas dire quelque chose qu’elle souhaite garder privé.

On peut imaginer le rapport entre l’hypnotisé et l’hypnotiseur comme une méga confiance. Le sujet va s’autoriser plus de choses qu’en temps normal, mais il garde la possibilité de fixer ses limites, comme il le ferait lorsqu’il discute avec son/sa meilleur(e) ami(e).

L’hypnose n’est pas de la magie

J’aimerais tellement que l’hypnose donne des pouvoirs magiques !

Malheureusement ce n’est pas le cas…

  • Si vous avez mal à une jambe depuis des années, sans que les spécialistes ne trouvent rien, vous avez tout à gagner à essayer l’hypnose.
  • Mais, bien que beaucoup s’accordent à dire que le mental peut jouer un rôle important dans l’apparition de cancer ou autres maladies, si vous avez un cancer l’hypnose ne le fera malheureusement pas disparaître. En revanche un accompagnement par l’hypnose peut vous aider à mieux vivre avec.

Comment se déroule une séance d’hypnose ?

Chaque séance comporte les mêmes grandes étapes

Ce qu’on appelle une séance d’hypnose regroupe tout ce qui permet d’entrer dans l’état d’hypnose, l’utiliser et en ressortir.

Une séance d’hypnose comporte toujours 4 grandes phases :

  1. le discours pré-hypnotique
  2. l’induction
  3. le travail
  4. le réveil

Ces phases ne sont pas toujours parfaitement séparées et il est fréquent de mêler l’induction au discours pré-hypnotique ou encore de mélanger travail et induction.

Le discours pré-hypnotique

Le discours pré-hypnotique, ou mise en situation est souvent appelé par son nom anglais : le “pre-talk”.

C’est une étape très importante, et souvent oubliée ou négligée par les débutants.

C’est ici que l’hypnotiseur prépare le sujet à être hypnotisé.

C’est le moment de répondre aux questions de la personne qui va entrer en hypnose, de parler de ses peurs, de ses doutes.

L’induction

L’induction est la phase qui fascine tant, qui impressionne le plus.

L’induction permet de créer l’état d’hypnose chez le sujet.

Lors des spectacles d’hypnose, c’est au moment de l’induction que vous pouvez voir les personnes montées sur scène s’endormir en s’écroulant.

Hors spectacle ce n’est pas nécessairement aussi impressionnant.

D’ailleurs bien souvent en hypnose thérapeutique l’induction n’est pas vraiment une rupture brutale et visible, mais plutôt un lent glissement vers l’état d’hypnose.

En hypnose de rue aussi l’hypnotiseur évite d’endormir l’hypnotisé et préfère induire et approfondir progressivement l’état d’hypnose par l’utilisation de phénomènes et leur ratification (le simple fait de constater un premier effet hypnotique permet de plonger plus profondément en hypnose).

L’induction se poursuit généralement par un approfondissement, qui permet d’amplifier la transe hypnotique et de la stabiliser.

La phase de travail

C’est dans la phase de travail que se différencient principalement les différents types d’hypnose.

Dans cette étape on utilise l’état d’hypnose mis en place chez le sujet.

L’hypnotiseur va utiliser des suggestions mentales pour créer les effets souhaités.

Un grand nombre de techniques ont été élaborées et sont utilisées comme outils en fonction du besoin : métaphores, ancrages, confusion, ratification, saupoudrage,…

Les suggestions mentales permettent d’obtenir de nombreux effets hypnotiques ou post-hypnotiques : analgésie, anesthésie, hallucination, activation de rêves, ancrage,…

Les suggestions mentales peuvent être données de différentes manières plus ou moins autoritaires ou subtiles (injonction, suggestion directe, suggestion indirecte).

Le réveil

Le réveil est un peu l’ultime suggestion de la séance. L’hypnotiseur annonce au sujet qu’il va retrouver son état normal.

L’hypnotisé va donc quitter l’état modifié de conscience qu’est l’hypnose, pour retrouver l’état d’éveil.

Pour accompagner son réveil, l’hypnotiseur aide le sujet à se reconnecter à la réalité, notamment à travers ses sens.

Les différents types d’hypnose

Une base commune

Nous l’avons vu, l’hypnose en tant que pratique est un outil permettant de créer et utiliser l’état d’hypnose.

Cet état peut ensuite être utilisé avec des objectifs différents, c’est la seule chose qui change entre les différents types d’hypnose.

L’hypnose de spectacle

L’hypnose de spectacle est le type d’hypnose le plus médiatisé.

C’est les phénomènes hypnotiques spectaculaires qui en font le succès.

On peut y voir les sujets, qui sont montés sur scène, tomber, rire à volonté, vivre des aventures comme si elles étaient réelles, et obéir à l’hypnotiseur au doigt et à l’œil.

C’est aussi le type d’hypnose qui éveille le plus de doutes et de méfiance et qui colporte le plus de croyances.

En fait l’hypnotiseur de spectacle est un artiste complet qui est loin de n’utiliser que l’hypnose comme outil. Il est avant tout et principalement un artiste. C’est son sens du spectacle qui rend ses tours si impressionnants. C’est le personnage qu’il joue sur scène qui le rend si fascinant aux yeux du public mais aussi pour les sujets qui montent sur scène.

Ce n’est pas pour rien que le célèbre hypnotiseur de spectacle Messmer a appelé son spectacle “Messmer le fascinateur”.

Si l’hypnotiseur de spectacle semble avoir autant de pouvoir sur les membres du public qui sont montés sur scène c’est parce que plusieurs facteurs y contribuent :

  • Tout d’abord ce ne sont pas des membres du public pris au hasard, mais ils ont été sélectionnés. Il n’y a pas de trucage ou de complice, simplement l’hypnotiseur fait passer des tests au public au début du spectacle. Ces tests permettent de sélectionner les membres du public qui sont à la fois les plus rapidement et les plus fortement suggestibles et sensibles à l’hypnose.
  • Ensuite, le fait de se présenter sur scène, face à un public modifie notre comportement, même sans hypnose. Le regard du public galvanise, désinhibe.
  • Enfin l’Homme à un comportement grégaire qui le pousse, lorsqu’il est en groupe, à adopter le comportement des autres. Ainsi, une fois au sein du groupe des cobayes montés sur scène, il est très difficile de ne pas simplement faire pareil que les autres.

En fait, pour faire de l’hypnose de spectacle il faut surtout être bon en spectacle, parce que au final l’hypnose en elle-même est plus simple sur scène à cause du contexte.

L’hypnose de rue

La rue, terrain de jeux des street hypnotiseurs

L’hypnose de rue, ou dans sa version anglophone “street hypnose”, est le fait de proposer des séances d’hypnose à des inconnu(e)s dans la rue.

Au-delà de cette caractéristique, l’hypnose de rue a naturellement une éthique différente de l’hypnose de spectacle.

En effet, elle n’est pas biaisée par la présence d’un public qui a payé sa place et attend un spectacle de qualité en retour. Ça n’empêche pas bien sûr qu’un hypnotiseur de rue se laisse prendre par son égo et fasse le spectacle, mais la plupart du temps l’intention de départ est tournée vers le sujet.

L’objectif principal d’une séance d’hypnose de rue est d’amuser la personne sous hypnose, et lui faire découvrir l’hypnose et les pouvoirs de son esprit. C’est une hypnose ludique, dont le seul but est récréatif.

La majorité des hypnotiseurs de rue fait preuve avant tout de bienveillance et de pédagogie envers la personne qui souhaite vivre l’expérience. C’est d’autant plus important que la rue impose, de base, un climat de méfiance pour la personne envers ce soi-disant hypnotiseur inconnu. Si l’hypnotiseur n’arrive pas avec les meilleures intentions il a de fortes chances de se faire rejeter, ou de n’avoir aucun résultat.

Pour s’adapter au contexte de la rue, les hypnotiseurs excluent généralement les phénomènes d’endormissement, et préfèrent des phénomènes idéo-moteurs comme les mains aimantées, les paralysies comme les pieds collés au sol, ou des hallucinations.

L’hypnose de rue est de loin la pratique qui met le plus au défi l’hypnotiseur. C’est vraiment une excellente manière d’apprendre à s’adapter à tout le monde, à hypnotiser quelque-soit l’environnement, et à contourner les blocages.

L’hypnose thérapeutique ou d’accompagnement

Utiliser l’hypnose pour accompagner ses clients dans leurs désirs de changement

Accompagner le changement

On change totalement d’objectif avec l’hypnose thérapeutique.

L’objectif ici c’est d’utiliser l’hypnose pour aider le sujet face à une problématique précise ou dans une démarche de développement personnel.

Vous avez vu que, quelle que soit son utilisation, l’hypnose reste un outil.C’est l’utilisation qu’on en fait qui change tout.

Pour le domaine thérapeutique ou d’accompagnement c’est exactement pareil. L’hypnose en elle-même ne fait rien. En revanche, l’état d’hypnose permet au client ou patient d’être dans des conditions propices au changement. Ceci va donc permettre ou renforcer l’utilisation de diverses techniques et protocoles visant à provoquer ce changement.

L’hypnothérapeute et la réglementation

Le terme le plus recherché en France par les personnes qui veulent recourir à l’hypnose pour les accompagner dans leur problématique est “hypnothérapeute”. Ce terme n’est pas réglementé à ce jour. Il est pointé du doigt par les médecins comme devant être réservé aux professionnels de santé, du fait du suffixe “thérapeute”.

Le problème c’est que comme les gens entendent ce terme, et recherchent ce terme, sans pour autant nécessairement rechercher un professionnel de santé, il est difficile pour un praticien en hypnose d’accompagnement de ne pas l’utiliser.

En soit, même s’il était réservé aux professionnels de santé, le terme “hypnothérapeute” utilisé seul n’aurait pas de sens sans préciser la spécialité du professionnel de santé.

Il est donc important pour le client de se renseigner auprès de l’accompagnant pour savoir s’il correspond à ses attentes. Et surtout, il est indispensable pour l’accompagnant d’être totalement transparent sur sa pratique, ses formations et compétences.

Ce qu’il faut absolument bannir c’est le doute, la confusion. Il n’y a aucun mal à utiliser l’hypnose sans être professionnel de santé, il suffit juste de le préciser très clairement et de s’assurer que le client l’a bien compris.

Des outils d’accompagnement

Même pour faire de l’hypnose d’accompagnement, il ne suffit pas de savoir hypnotiser, mais il faut connaître des outils d’accompagnement et surtout connaître ses limites.

De la même manière que pour l’hypnose de spectacle, c’est toujours plus simple d’hypnotiser dans le cadre d’un accompagnement, plutôt que dans la rue. Le client qui vient vous voir dans l’espoir de résoudre un problème est toujours plus ouvert à se laisser guider en hypnose.

L’hypnose Ericksonienne

En France, la méthode la plus pratiquée par les hypnothérapeutes est l’hypnose Ericksonienne. Mais ce n’est pas la seule.

L’hypnose Ericksonienne tien son nom de Milton H. Erickson, un célèbre thérapeute qui a marqué l’histoire de l’hypnose et des thérapies brèves.

L’hypnose Ericksonienne reprend la méthode douce et indirecte d’Erickson.

Plutôt que d’utiliser une hypnose directe pour imposer des solutions au patient, M. H. Erickson considérait que l’inconscient du patient détient déjà ses propres ressources et solutions. Son but était donc de permettre au conscient et à l’inconscient du sujet de coopérer.

Pour ma part, je regrette qu’aujourd’hui un grand nombre de praticiens n’ai gardé qu’une infime partie de l’enseignement d’Erickson.

Ils ont effectivement une approche douce et indirecte, mais beaucoup trop lisse à mon goût. Lorsqu’on s’intéresse au travail d’Erickson, à travers les collected papers par exemple, on se rend compte à quel point le travail d’Erickson était plus vaste et riche. Il a par exemple énormément travaillé avec l’écriture automatique. Bien sûr ce n’est pas obligatoire, il le disait lui-même, mais c’est tellement intéressant que je trouve dommage qu’elle ai été oubliée. Personnellement c’est un outil que j’adore !

A chaque praticien sa pratique

En pratique chaque praticien a sa propre approche, sa propre méthode, ses propres protocole.

En hypnothérapie comme dans tout accompagnement, le plus important va donc être de trouver le bon praticien. On peut décider de choisir un professionnel de santé spécialisé dans sa demande, ou non.

Ensuite, on sera sensible au style, à l’approche du praticien.

Et par-dessus tout, ce qui est primordial c’est la qualité de la relation avec la personne qui vous accompagne. Vous devez vous sentir à l’aise, en confiance.

Prenez donc le temps de vous renseigner. Par le bouche-à-oreille, mais aussi sur internet, ou en appelant le praticien pour discuter avec lui.

C’est vous qui choisissez votre hypnopraticien !

Et, évidement, il est toujours possible de changer à tout moment.

Ça ne sert à rien de persister dans un accompagnement dans lequel vous ne vous sentez pas bien.

L’hypnose médicale

On entend aussi parler d’hypnose médicale.

Ce terme honnêtement n’est pas vraiment clair. Il désignerait toutes les applications de l’hypnose en médecine.

En pratique on l’emploi surtout pour l’hypnosédation, c’est-à-dire le complément, voir remplacement, de l’anesthésie par l’hypnose pour certaines opérations.

L’autohypnose

L’auto-hypnose désigne simplement la pratique de l’hypnose en autonomie.

C’est le sujet lui-même qui met en place son état d’hypnose et qui l’utilise.

L’autohypnose n’impose donc pas ce que va être le but du travail sous hypnose. C’est le sujet qui décide.

Le but pourrait être récréatif, ludique, comme en hypnose de rue.

Le plus souvent l’objectif est plutôt de l’ordre du développement personnel, ou la gestion de la douleur.

La pratique de l’autohypnose est aussi ouverte à tout le monde.

L’autohypnose demande un apprentissage et de la pratique, comme la méditation.

Les utilisations de l’hypnose d’accompagnement

Quels sont les bienfaits de l’hypnose ?

l’état d’hypnose nous libère et donne accès à de nouveaux horizons

L’Hypnose donne accès aux ressources inconscientes

L’état d’hypnose en lui-même n’apporte pas de bienfait.

Par contre il met notre esprit dans des dispositions particulières.

Cet état modifié de conscience nous donne accès à des ressources qui ne le sont pas en temps normal.

Imaginez un instant, je vous demande d’attraper un verre d’eau devant vous. Vous allez le faire facilement, sans effort particulier. Maintenant réfléchissez à l’instant à l’ensemble des actions réalisées pour effectuer cette opération si basique : vous avez évalué la position entre votre main et le verre, vous avez piloté chaque muscle du bras avec précision pour le faire se déplier en direction du verre. Vous avez utilisé d’innombrables capteurs dans vos doigts pour serrer le verre ni trop ni pas assez, etc.

Vous voyez que, dans la vie de tout les jours, dans votre état normal, vous réalisez en réalité très peu de choses consciemment.

Beaucoup de choses se font de façon inconsciente.

C’est très pratique et même indispensable. Imaginez si vous deviez volontairement respirer par exemple… il y a tous ces exemples physiologiques évidemment, mais aussi un grand nombre de nos décisions et de nos réactions au monde qui nous entoure.

Ce sont des automatismes.

La manière dont nous voyons le monde qui nous entour, à travers nos sens, est aussi sous-traitée par l’inconscient.

Là où l’hypnose est “magique”, c’est qu’elle permet de prendre conscience de nos mécanismes inconscients. Elle les met un peu plus à la portée du conscient. On peu alors un peu plus comprendre comment on fonctionne, et surtout décider de changer certains comportements automatiques.

Et ça ouvre la porte à une multitude de possibilités !

Reprogrammer nos automatismes

Un état propice aux nouveaux comportements

Dans son état naturel, l’état d’hypnose est utile à l’apprentissage, à l’acquisition de nouveaux comportement.

C’est un état qui permet de reprogrammer nos automatismes.

Ces chocs qui vous reprogramment

On peut d’ailleurs plonger brutalement dans un état d’hypnose lorsqu’un de nos automatismes échoue.

Par exemple si vous avez toujours poussé les portes pour sortir des immeubles, il y a de fortes chances pour que ce soit devenu un automatisme.

Vous n’avez plus besoin de vous arrêter et réfléchir pour le faire, vous continuez de marcher tout droit et vous poussez la porte sans même vous en rendre compte.

Maintenant imaginez qu’un jour, la porte qui se trouve devant vous fonctionne différemment et qu’il faut la tirer pour sortir. Il est probable que vous vous écrasiez violemment sur la porte.

Si ça vous est déjà arrivé, vous avez peut-être ressenti une sorte de bug. Pendant un très bref instant vos automatismes sont mis à l’arrêt, et votre cerveau est en attente de toute information lui permettant d’avoir une réponse appropriée.

Vous êtes en état d’hypnose naturel. Ce n’est pas obligatoire, mais il est possible que la réponse soit l’annulation de l’automatisme qui a échoué.

La prochaine fois que vous vous retrouverez devant une porte, vous serez forcé de vous arrêter pour étudier la manière de l’ouvrir.

D’ailleurs, ce bug est parfois utilisé par les hypnotiseurs pour plonger plus facilement le sujet en hypnose. On appel cela une “rupture de pattern” ou rupture d’automatisme. Je vous expliquerai comment l’utiliser une autre fois 😉

Vous n’avez aucun contrôle sur vos comportements automatiques

En dehors de l’état d’hypnose, un automatisme est pratiquement impossible à annuler ou modifier.

Chaque automatisme peut avoir mis plus ou moins de temps à se mettre en place mais une fois qu’il est en place il ne change plus.

Il n’est plus contrôlé par l’esprit conscient. Le cerveau met en place des automatismes pour économiser de l’énergie et aller plus vite. Réfléchir consciemment est lent et nécessite énormément d’énergie. Les automatismes sont beaucoup plus rapides et sont assez basiques pour ne pas consommer beaucoup de calories.

L’état d’hypnose est donc un état privilégié pour remettre à la portée du conscient ces automatismes et essayer de les changer.

Grâce à l’hypnose vous pouvez reprendre du contrôle sur vos comportements appris, et vos problèmes comportementaux.

C’est aussi très efficace pour vous débarrasser de vos phobies.

Modifier nos perceptions

Absolument tout ce que vous percevez du monde qui vous entour passe par les filtres de votre inconscient.

Pensez déjà à vos sens. Ce que vous voyez par exemple, ce n’est pas une couleur. Votre œil capte en réalité une longueur d’onde, une fréquence lumineuse. Il transmet ça à votre cerveau avec des signaux électriques. Et pourtant, quelques millisecondes plus tard ce que vous avez consciemment comme information c’est l’idée « rouge ». Entre ces deux instants, ce sont une multitude de mécanismes inconscients qui sont entrer en jeux. Voir une couleur. Associer la couleur à un mot appris. Associer cette idée avec des émotions, etc…

En travaillant, grâce à l’hypnose, au niveau de ces filtres inconscients, on peut donc ajuster nos perceptions.

C’est de cette manière que, dans la rue, mon cobaye du jour peut s’amuser à boire un verre d’eau au délicieux goût de jus d’orange.

Mais c’est aussi comme ça que, en accompagnement, mon client entraîne son inconscient à moins ressentir cette douleur persistante qu’il a depuis son opération de la hanche.

Ajuster nos croyances

De la même manière que pour nos sens, notre manière d’appréhender le monde est très fortement influencé par nos croyances. Des croyances nous en avons plein, que ce soit des croyances culturelles, des diktats familiaux ou des croyances ancrées à l’occasion de moments forts en émotions de notre vie.

Ces croyances nous porter une attention différente sur la réalité, et nous font vivre notre propre réalité.

C’est ainsi que pour deux personnes, la même situation peut être vécue de manières bien différentes.

Imaginez-vous marcher dans la rue, et remarquer le regard porté sur vous de certaines personnes. Peut-être allez vous vous sentir mal à l’aise. Peut-être allez vous vous sentir flâté(e). La seule chose qui change est en vous, et est liée à vos croyances.

L’hypnose permet premièrement de mettre à jour ces croyances en vous. En prendre conscience c’est déjà ne plus en être esclave. Ensuite on peut travailler à les changer, vers de nouvelles croyances qui vous correspondent mieux.

Accéder à nos émotions

Les émotions prennent leur source dans l’inconscient.

Dans la vie de tous les jours, surtout dans nos sociétés occidentales, on réfrène nos émotions, on les étouffe. On le fait tellement bien et tellement souvent que ça devient notre fonctionnement normal. On n’y a plus accès.

Pourtant les émotions sont des signaux indispensables qui sont là pour nous faire réagir. Une émotion devrait toujours être transformée en action.

De pas le faire c’est ne pas écouter son corps. C’est très souvent la cause d’un mal-être qu’on ne comprend pas, ou d’une somatisation qui va nous affaiblir.

Pendant un état d’hypnose on peut se reconnecter à nos émotions, les écouter, les comprendre et les apaiser.

C’est une excellente manière de se sentir mieux, plus aligné.

Les demandes d’accompagnement les plus courantes

Entre les possibilités de l’hypnose qui font consensus et le fait que l’hypnose donne autant de pouvoir à l’imaginaire, tout devient possible.

Certains utilisent l’hypnose pour « activer les pouvoirs d’auto-guérison » de leur corps, d’autres pour communiquer avec l’au-delà ou rencontrer leur animal totem.

La grande majorité des demandes de nos clients restent tout de même assez classiques :

  • Perdre du poids. L’hypnose permet d’accompagner les clients dans leur démarche. Idéalement ils sont aussi suivis par un médecin nutritionniste, surtout en cas d’obésité. L’hypnose leur permet de changer leurs habitudes alimentaires, d’améliorer leur image corporelle, etc.
  • Mieux gérer le stress. Les clients peuvent, avec l’aide de l’hypnose, réduire l’anxiété, ajuster leur vision du monde.
  • Arrêter de fumer. En plus de toute la volonté du client, l’hypnose permet d’aider au niveau inconscient, pour éviter cette sensation de « c’est plus fort que moi ».
  • Mieux dormir.
  • Mieux gérer ses douleurs. Que ce soit pour soulager des douleurs chroniques psychosomatiques, ou pour aider à mieux supporter des douleurs liées à une blessure ou une maladie.
  • La préparation mentale à une compétition sportive ou un examen.

L’efficacité de l’hypnose thérapeutique

Des retours très positifs

L’hypnose d’accompagnement a fait ses preuves avec des retours positifs pour un grand nombre de demandes.

Certaines études ont été réalisées pour évaluer son efficacité, mais elles ont du mal à conclure du fait de l’aspect subjectif des résultats. Lorsque le cadre est plus maîtrisé, comme dans un cadre opératoire, il est possible de conclure à une nette efficacité de l’hypnosédation.

Personnellement j’observe une grande majorité de clients satisfaits par ce que leur a apporté l’hypnose. La plupart arrêtent l’accompagnement après quelques séances parce qu’ils estiment avoir atteint leur objectif.

J’ai aussi des témoignages sur du plus long terme avec des clients (environ 20-30%) qui reviennent après 1 ou 2 ans pour une demande différente.

Bien sûr il reste une petite proportion de personnes, peut-être 5%, qui arrêtent prématurément soit parce que ça ne leur parle pas, soit parce que après une ou deux séances leur malaise à assez diminué pour ne plus les motiver à continuer…

Ce n’est qu’une partie de l’équation du changement

Mais attention, dans un processus de changement, l’hypnose n’est qu’une partie de l’équation.

Le rôle de l’hypnose est de modifier le fonctionnement de notre cerveau en changeant notre état de conscience. Elle permet ainsi l’accès à de nouvelles ressources. Elle rend possible un nouveau point de vue sur un problème. Elle permet d’activer de nouveau mécanismes automatiques, contourner des blocages, etc…

Dans ce rôle-là l’hypnose est très efficace.

On considère l’hypnose comme un amplificateur de thérapie.

L’imagerie médicale à permis de mettre en évidence certaines aires cérébrales qui sont spécifiquement activées pendant un état d’hypnose.

A côté de l’hypnose vont entrer en jeux deux autres piliers importants :

  • La motivation du sujet à changer
  • La qualité et l’adéquation avec le sujet de l’accompagnement du praticien.

Ce que je veux montrer, c’est que simplement entrer en état d’hypnose ne permettra pas un changement efficace et durable.

Exactement de la même manière que la simple motivation ne suffit bien souvent pas à changer ou surmonter un problème, justement par ce qu’il y a une dimension inconsciente à prendre en compte (souvent émotionnelle).

La motivation est trop souvent oubliée aussi par ceux qui s’adressent à un hypnothérapeute.

Je vois trop régulièrement des clients qui ont justement choisi l’hypnose parce qu’elle leur permettra de changer sans aucun effort. Ils veulent simplement s’asseoir, fermer les yeux et que l’hypnotiseur les « reprogramme”.

Pour ces personnes-là, la première chose à travailler est la motivation, bien avant de chercher à utiliser l’hypnose.

Comment devenir hypnotiseur ?

Devenir hypnotiseur ça s’apprend !

Vous avez peut-être envie d’apprendre vous-même à hypnotiser ?

Tout le monde peut être hypnotiseur.

Un hypnotiseur est simplement une personne qui utilise les techniques d’hypnose pour hypnotiser une autre personne.

Un hypnotiseur n’a pas de don surnaturel. On sait depuis longtemps qu’aucun magnétisme ou fluide n’entre en jeux.

Bien sûr certaines qualités sont un avantage pour la pratique de l’hypnose, mais elles aussi se travaillent :

  • de l’assurance ou du charisme vont permettre d’utiliser la fascination et donner au sujet une plus grande confiance en notre capacité à l’hypnotiser.
  • l’empathie et la curiosité aident à mieux s’adapter à l’hypnotisé pour le guider de manière personnalisée.

L’hypnose est un outil comme un autre qui s’apprend et avec lequel il faut s’exercer.

Une très bonne manière pour commencer à pratiquer, est de faire de l’hypnose ludique, juste pour s’amuser.

Les points clés à retenir

Si vous ne devez retenir que l’essentiel, je vous rappelle que :

  • L’hypnose est à la fois un état de conscience modifié et la pratique permettant d’atteindre cet état.
  • C’est un état naturel. Il peut être provoqué et approfondi, mais il est aussi vécu spontanément et légèrement plusieurs fois par jour.
  • Ça n’a rien à voir avec de la manipulation ou une prise de contrôle sur votre esprit.
  • L’hypnose ne soigne rien : Elle permet de créer les conditions propices au changement.
  • Tout le monde est hypnotisable.
  • Tout le monde peut être hypnotiseur.

Que vous ayez déjà été hypnotisé(e) ou non, dites-moi en commentaire ce que représente l’hypnose pour vous. Je serait très heureux de vous lire !

Et bien sûr n’hésitez à vous abonner à la page Facebook d’Hypnose et Neurosciences pour ne rien rater des prochaines publications.

Si vous avez aimé ça, vous pouvez le partager :-)

21 réflexions sur “Hypnose : découvrez ses secrets ! C’est quoi, pourquoi et comment ?

  • 09/10/2021 à 20:28
    Permalien

    Bonjour,

    Génial cet article!
    (Pour info, je fais partie des personnes qui connaissent l’hypnose de loin, qui ne l’a jamais essayé encore et qui l’appréhende un peu)
    Mais contente de lire cet article pour :
    – me rassurer un peu…
    – découvrir un peu mieux le concept…
    – et me rendre compte qu’on a tous vécu des hypnoses naturelles (comme quand on est dans la lune, ou en voiture etc.)
    Et contente de voir aussi que notre degré de réceptivité à l’hypnose n’est pas figé…
    J’ai hâte en tout cas d’en savoir plus et de te suivre dans tes futurs articles.
    J’adore comment tu te cales à l’idée de ton client également (sur ce que le client pense de l’hypnose), en restant du coup bien à son écoute.
    Enfin bref, article au top, et hâte de lire les suivants.

    Répondre
    • 11/10/2021 à 23:54
      Permalien

      Très content d’apprendre que cet article t’a été utile ! Merci ☺

      Répondre
  • 11/10/2021 à 08:49
    Permalien

    Pierrick, je trouve ton article énorme ! Il est complet, étayé, solide et donne les moyens de comprendre ce qu’est l’hypnose.
    Evidemment, j’avais des notions. Seulement, avec ton apport, elles se sont considérablement étendues. Et, juste pour info, c’est cool que tu rappelles que le praticien n’a pas de don surnaturel.

    Répondre
    • 11/10/2021 à 23:55
      Permalien

      Merci beaucoup, très heureux que cet article réponde à tes attentes 🙂

      Répondre
  • 11/10/2021 à 10:11
    Permalien

    Super intéressant et super complet! Je suis dans l’apprentissage de l’anglais, et à ce titre j’essaye de me tenir au courant des outils qui fleurissent en permanence. Une application que j’ai trouvée, mais pas encore utilisée, propose d’apprendre une langue étrangère grâce à l’hypnose.
    Sachant tout ce qu’implique l’apprentissage d’une langue, je me demande comment c’est possible;
    Qu’en pensez-vous?

    Répondre
    • 11/10/2021 à 23:57
      Permalien

      Merci beaucoup ! Oui effectivement l’état d’hypnose rend de nouveaux apprentissages plus faciles, un peu comme si on se retrouvait à nouveau avec notre cerveau malléable comme étant enfant. Je n’ai pas encore exploré cette possibilité mais merci parce que ça me motive à le faire !

      Répondre
  • 11/10/2021 à 10:39
    Permalien

    Ton article est vraiment hyper complet et très clair ! Je ne connais pas l’hypnose plus que ça et là franchement, je me dis que ça serait intéressant d’essayer. J’adore les moments d’altération de conscience, je trouve ça fascinant quand c’est fait avec aucune substance (l’alcool altère la conscience par exemple).

    Merci pour ce travail, c’est très intéressant

    Répondre
  • 11/10/2021 à 11:11
    Permalien

    L’hypnose est un sujet qui m’a toujours fasciné. C’est génial d’avoir un article aussi exhaustif pour faire vraiment le tour. J’ai aussi l’impression que c’est un sujet « à la mode » en ce moment, je me demande d’ailleurs si ça ne dessert pas les praticiens sérieux
    En tout cas merci pour cet article !

    Répondre
    • 11/10/2021 à 23:59
      Permalien

      Merci ! Oui c’est comme partout c’est déstabilisant quand beaucoup de monde commence à s’y intéresser, mais je ne pense pas que ce soit si négatif… Ça oblige à se remettre en mouvement, à s’améliorer, c’est positif, bcp plus qu’un monopole ou status quo!

      Répondre
  • 11/10/2021 à 11:30
    Permalien

    C’est l’exemple même de ce qu’est un article extrêmement complet !

    Merci beaucoup pour ce travail, ça fait un moment que je m’intéresse à l’hypnose mais je dois dire que si j’avais lu cet article plus tôt, j’aurais pu gagner beaucoup de temps ! 😅

    Répondre
    • 12/10/2021 à 00:00
      Permalien

      Merci ! Il y en aura sûrement d’autres en lien avec le sport en plus 🙂

      Répondre
  • 11/10/2021 à 13:27
    Permalien

    Super article ! Complet précis et très clair ! Merci à vous. J’ai toujours été fasciné par la puissance du cerveau et à toutes les expériences ayant trait ou se servant de l’hypnose.

    Répondre
    • 12/10/2021 à 00:00
      Permalien

      Merci oui c’est passionnant 😊

      Répondre
  • 12/10/2021 à 12:18
    Permalien

    Merci Pierrick pour ton très bel article. Personnellement, je ne connaissais que l’hypnose de spectacle, qu’on voit à la tv et qui peut autant fasciner qu’effrayer. Du coup, c’est vrai que cela faisait un peu peur d’imaginer qu’ une personne étrangère prendre notre contrôle … Mais ton article m’a rassurée sur ce point. Ce n’est pas comme cela que cela marche. Ouf. Ton article donne envie d’essayer. Soit l’auto hypnose ou pourquoi pas avec tenter l’expérience avec un professionnel. Je ne crois pas qu’il existe de fédération. En dehors du bouche à oreille, comment nous conseillerais tu de trouver « la bonne personne » ? merci à toi. audrey

    Répondre
    • 12/10/2021 à 12:38
      Permalien

      Merci Audrey. Très heureux d’apprendre que cet article t’a rassuré concernant l’hypnose.
      Pour répondre à ta question, si il existe des fédérations, syndicats et autres groupements de praticiens en hypnose, mais honnêtement je pense qu’il est difficile de s’y fier. Ce sont des syndicats pro, et au final chacun va t’expliquer qu’il est le seul valable et que les autres sont mals… C’est aussi beaucoup du business. Les syndicats d’hypnose gérés par des professionnels de santé vont t’expliquer que seuls eux devraient pratiquer l’hypnose sans danger, d’autres te diront que leur formation est la meilleure…
      C’est pour ça que je pense qu’au final c’est à toi de voir ce qui te parle ou pas. C’est en fonction de ce que tu ressent et de ta demande aussi. Si tu souffre d’une grave dépression tu sera très certainement rassurée d’être suivie par un psychiatre ou psychologue. D’ailleurs si tu venais me voir je te conseillerai fortement d’avoir ce suivi en parallèle. Si tu es stressée au quotidien ou que tu as du mal à donner un sens à ta vie peut être que la casquette professionnel de santé ne sera peut être plus vraiment un critère important.
      Finalement le plus important c’est d’avoir un rapport de confiance pour pouvoir travailler sereinement. Pour cela pas de mystère, il faut essayer. En général après une première séance on sait si ça va le faire ou pas.
      Pour la recherche, bouche à oreille évidemment ça aide beaucoup, venant de personnes qu’on connaît. Et lire le site internet de la personne par exemple.
      Je vais détailler ce sujet dans un prochain article.
      Et pour l’auto hypnose aussi, c’est en préparation 🙂

      Répondre
      • 03/11/2021 à 14:29
        Permalien

        Top. Hate de te lire. Merci de ton retour😊

        Répondre
  • 13/10/2021 à 06:28
    Permalien

    Article parfait pour apprendre à connaître l’hypnose sans en avoir peur. Merci pour nous avoir éclairé sur ce sujet.

    Répondre

Laisser un commentaire