Sophrologie et hypnose – Dossier spécial !

Sophrologie et hypnose sont étroitement liées par leur histoire. Elles ont ensuite évolué indépendamment. Aujourd’hui il y a tout à gagner à les rapprocher à nouveau pour que chacune enrichisse l’autre. Cet article introduit le dossier spécial sur ce sujet.

Sophrologie et hypnose – Dossier spécial !

Bienvenue sur Hypnose et Neurosciences !
Vous voudrez sans doute lire mon livre Apprendre l’Hypnose par la Pratique :
cliquez ici pour télécharger le livre gratuitement ! 🙂

Sophrologie et hypnose

Salut les hypnos passionné(e)s !

Il y a 2 ans je m’inscrivais en formation de Sophrologie.

Pour l’anecdote j’ai retrouvé dans ma bibliothèque, pendant cette formation, le tout premier livre ne traitant pas de sciences ou technologies que j’ai acheté, vers mes 20 ans, alors que j’étais en école d’ingénieur : « la Sophrologie ».

Vous vous demandez peut-être pourquoi, alors que j’exerçais déjà comme praticien en hypnose depuis des années, j’ai décidé de me former à la sophrologie ?

Il y a plusieurs raisons à ça :

  • La première est que la sophrologie m’est apparue comme une formidable compilation d’un grand nombre de pratiques qui m’intéressaient.
  • Ensuite dans ma pratique de l’hypnose j’ai pu constater à quel point le corps et l’esprit étaient liés. J’avais les outils pour aider le corps grâce à l’esprit, la sophrologie me permettait d’aborder l’esprit depuis le corps.
  • Enfin, je voulais m’ouvrir au travail de groupe, et je trouvais la sophrologie comme une bonne approche pour ça.

J’ai trouvé dans la sophrologie bien plus que ça.

Cette formation m’a aussi permis de rencontrer des personnes passionnantes, de futures sophrologues passionnées et bienveillantes.

Un regard d’hypnopraticien sur la Sophrologie

Dans mon apprentissage et ma pratique de la sophrologie, mais aussi et surtout au contact des sophrologues débutants ou confirmés, je me suis rendu compte que mon expérience d’hypnotiseur me donnait un regard différent sur la sophrologie, son enseignement et sa pratique.

Ayant déjà l’expérience du travail en cabinet, du contact client, du métier d’accompagnement, j’ai pu être d’autant plus attentif à ce que m’apportait la sophrologie.

J’ai été particulièrement réceptif à toutes les solutions qu’elle apportait à des problématiques concrètes que j’avais déjà rencontré dans mon expérience auprès de mes clients.

La sophrologie à indéniablement beaucoup de richesse à apporter à un praticien en hypnose.

D’ailleurs ma pratique en cabinet a évolué, riche de ces nouveaux enseignements.

C’est ainsi que je considère ma pratique.

J’ai une base de travail qui est résolument l’hypnose, c’est mon outil central.

Mais ma pratique s’est étoffée au gré de mon expérience et de mes formations. Aujourd’hui je suis toujours hypnopraticien, mais ma méthode est très clairement un savant mélange fait maison d’hypnose, de méditation, de sophrologie, de spiritualité, de neurosciences,… Même mes expériences artistiques ou en sports de combat y jouent leurs rôles !

À côté de tout ce que la sophrologie peut apporter à l’hypnose, j’ai aussi pu voir à quel point une connaissance et une maîtrise de l’hypnose pouvait être un bénéfice indéniable pour les sophrologues.

Les sophrologues débutant tout particulièrement, arrivent en formation avec tout à apprendre et boivent les paroles de leurs enseignants (on le fait tous, c’est normal, d’ailleurs ne serait-ce pas une sorte d’état d’hypnose ?).

Les formations en sophrologie enseignent une pratique extrêmement cadrée et codifiée.

Ce cadre donne une pratique extrêmement propre et précise. Il a clairement permis à la Sophrologie d’avoir la reconnaissance et la confiance qu’elle a aujourd’hui.

Mais ce cadre gagnerait aussi, à mon sens, à gagner quelques degrés de liberté.

Qu’est-ce que la sophrologie ?

Une méthode influencée de multiples techniques

Pour bien comprendre il est essentiel de commencer par savoir ce qu’est la sophrologie.

La sophrologie n’est pas une technique comme une autre.

C’est une méthode complète.

La sophrologie est née de la compilation d’un grand nombre de pratiques et techniques existantes. C’est une sorte de « best of » de l’accompagnement thérapeutique et du développement personnel.

L’histoire de la sophrologie

C’est le neuropsychiatre Alfonso Caycedo qui crée la Sophrologie en 1960.

Il s’inspire dans un premier temps de techniques occidentales.

On retrouve les influences de l’hypnose, la psychanalyse, la relaxation, la neurologie, la psychologie, l’autosuggestion, la phénoménologie,…

Une séance de yoga, pratique dont s’est inspirée la Sophrologie

Puis, au gré de ses découvertes et voyages, il vient étoffer sa méthode d’inspirations orientales telles que le yoga, le bouddhisme tibétain, le zen japonais,…

La sophrologie s’est ainsi enrichie de très nombreuses autres techniques jusqu’environ en 1967.

Toutes ces techniques, et bien d’autres encore que je n’ai pas cité, se retrouvent dans la méthode utilisée aujourd’hui.

L’hypnose occupe une place centrale dans la sophrologie

Malgré ces multiples influences, certaines apparaissent comme des piliers, reconnaissable facilement par le public : le yoga et l’hypnose.

La sophrologie est une méthode qui consiste en la mise en place d’un protocole d’accompagnement, sur plusieurs séances, piochant dans une boîte à outils d’exercices.

Les exercices de sophrologie sont organisés en deux groupes :

  • Les Relaxations Dynamiques : des exercices utilisant le corps, à travers des mouvements et respirations. C’est ici qu’on reconnaît le plus la patte du Yoga.
  • Les Sophronisations : des exercices de visualisations qui découlent très clairement de l’hypnose.

Une séance de sophrologie se termine généralement par une sophronisation, ce qui en fait un peu le point culminant de la séance.

L’hypnose à donc une place très importante, centrale, dans la sophrologie.

La Sophrologie a pris ses distances avec l’hypnose

Le contexte de l’époque

Ce qui est très important d’observer c’est le contexte dans lequel la Sophrologie est née.

En effet en 1959, Caycedo commence par ouvrir à Madrid la « Société Espagnole d’Hypnose Clinique et Expérimentale ».

Avant cela il a étudié l’Hypnose à l’École de Nancy. Cette école célèbre est une des deux grandes écoles, avec celle de la Salpêtrière, de l’âge d’or de l’hypnose en France.

De l’hypnose à la Sophrologie

A l’époque l’hypnose suscite beaucoup de méfiance de la part du grand public comme du corps médical. En cause une histoire sulfureuse, entre hypnose de spectacle et magnétisme animal.

Un magicien, comme l’étaient vues les premiers hypnotiseurs qui utilisaient le magnetisme animal

Caycedo décide alors tout simplement, pour rompre avec de l’image de l’hypnose, de renommer sa pratique « sophrologie ».

Malgré tout, a ses débuts, la sophrologie est donc très proche techniquement de l’hypnose.

L’hypnose elle-même se transforme

A l’époque déjà l’hypnose thérapeutique avait subie de grandes transformations. Freud, Fin 1800, début 1900, décide finalement de s’éloigner de l’hypnose et créer la psychanalyse pour éviter tout risque d’influence et de transfert entre patient et thérapeute.

Milton Erickson inspire début 1900 de nombreux thérapeutes qui retiennent principalement une approche indirecte et un état d’hypnose peu profond. (L’Hypnose Ericksonienne qu’on connaît aujourd’hui en découle).

L’hypnose à donc déjà opéré un tournant pour s’éloigner de la suggestion directe et des transes profondes.

Caycedo, qui avec la sophrologie souhaite donc avoir une image plus « sage » et « sérieuse » que l’hypnose, va donc naturellement accentuer ce polissage de l’hypnose.

Hypnose et Sophrologie évoluent indépendamment

Ensuite, une fois figée et structurée, la Sophrologie va garder la manière dont elle a adoptée l’hypnose à l’origine, sans vraiment évoluer avec les connaissances sur l’hypnose et les neurosciences jusqu’à aujourd’hui.

Ce que la maîtrise de l’hypnose peut apporter au sophrologue

La Sophrologie n’en reste pas moins, encore aujourd’hui, une méthode reconnue et efficace, qui garde tout son sens.

Je remarque simplement que de nombreuses croyances sur l’hypnose se retrouvent dans sa pratique et peuvent s’avérer limitantes autant pour le confort du Sophrologue que pour le plein potentiel d’efficacité pour le client.

C’est en grande partie de ceci que je souhaite parler dans les articles de ce dossier.

Je souhaite vous apporter mon point de vue mais aussi mon expérience sur ce que l’hypnose et les connaissances actuelles en neurosciences peuvent résolument apporter à la pratique de la sophrologie aujourd’hui, sans pour autant dénaturer cette méthode exceptionnelle.

Je suis convaincu qu’en tant que Sophrologue vous avez beaucoup à gagner à apprendre à hypnotiser !

Pour résumer, ce que va traiter ce dossier spécial Sophrologie et hypnose

Ce premier article introduit le dossier spécial d’Hypnose et Neurosciences sur la Sophrologie et l’hypnose.

Je vous propose de retenir :

  • La Sophrologie n’est pas une technique mais une méthode complète crée en 1960 par Alphonso Caycedo.
  • Elle se base sur de nombreuses pratiques, parmi lesquelles l’hypnose occupe une place très importante.
  • Malgré sa place importante, la Sophrologie a tenté de se désolidariser de l’hypnose pour s’éloigner des préjugés du public.
  • Aujourd’hui les connaissances en hypnose et en neurosciences ont évoluées et je pense que la Sophrologie pourrait en tirer profit.

Dans les prochains articles de ce dossier sur la Sophrologie et l’hypnose je vous propose donc d’aborder :

  • En quoi les sophronisations peuvent être améliorées par les techniques et connaissances actuelles en hypnose.
  • Ce que les exercices de sophrologie peuvent apporter aux séances d’hypnose.
  • Comment certaines notions de neurosciences peuvent rendre les séances de sophrologie encore plus efficaces.
  • Etc…

Pour être certains de ne rien manquer de ce dossier spécial Sophrologie et Hypnose, je vous propose de vous abonner à Hypnose et Neurosciences sur vos réseaux favoris :

A bientôt sur Hypnose et Neurosciences !

Si vous avez aimé ça, vous pouvez le partager :-)

Une réflexion sur “Sophrologie et hypnose – Dossier spécial !

  • 22/11/2021 à 13:17
    Permalien

    Il est en effet dommage d’opposer l’hypnose et la sophro. Je ne connaissais pas cette parenthèse historique. Je trouve que les deux se complètent bien ! Mais ce n’est que mon avis

    Répondre

Laisser un commentaire